Le Bouclage - La Livreuse Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Alors que tous s'affairaient à ingurgiter toutes les parts alléchantes de ghiedzzas, Margot restait seule, la tête dans le vague, le stylo plume dans la bouche. Sa rêverie fut de courte durée ; la livreuse venait de l'apostropher sèchement :

" Salut Margot, tu m'as l'air bien pensive, ce soir. Tu nous as encore écrit un de ces superbes poèmes dont tu as, seule, le secret ?

 
ohoui@kafkaiens.org vos réactions ahnon@kafkaiens.org
  KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine