Lignes Imaginaires
 
J'ai franchi cet été d'innombrables lignes imaginaires. Le soleil m'est apparu impartial même si rien ne semblait attirer son regard sur l'herbe haute. Face à la mer, toujours les mêmes plans infinis et superposés. Heureusement, à certains instants ce monde de droites perdues s'entrechoquait à la lumière en des strates de plomb fondu, l'on pouvait ainsi s'accorder quelque grâce et cesser de se contempler nu.

*

La distance n'est qu'une question de rapport à soi-même. La courte différence qui s'est faite en moi, voilà tout mon voyage.

*

Ce sont sans doute une vingtaine d'oiseaux dans les arbres qui m'ont emmené aussi loin de chez moi. Je n'étais pas encore sorti du lit qu'ils déployaient une aile couleur de zoo et braillaient à tue-tête leur formidable nouveauté. Il me semble que c'est là qu'a débuté le Tropique.

 
EM
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés