Le théorème du perroquet Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Denis Guedj - Points
 
Evidemment, vous pouvez être totalement rétif au charme particulier des mathématiques et fuir à toutes jambes dès que vous apercevrez la première figure géométrique du roman. Vous pouvez également vous lasser des références permanentes aux grands mathématiciens et des problèmes qui parsèment l'ouvrage comme autant de jalons de l'histoire mathématique et de l'intrigue de l'ouvrage.
Mais si vibre encore en vous cette curiosité pour la richesse du plus simple des problème de maths, alors vous aimerez ce livre. L'argument du livre repose sur une bibliothèque complète mystérieusement envoyée à un vieux libraire parisien par son ami d'études depuis le fond du Brésil. Pourquoi un tel cadeau ? Dès le début du livre, les mystères arrivent en même temps que les personnages. Et quelle galerie de personnages à la Pennac ! Et quelle floppée de mystères ! Pour les résoudre, les personnages devront explorer la fabuleuse bibliothèque mathématique, et remonter l'Histoire (la descendre plutôt) pour trouver dans la vie et l'oeuvre des plus illustres scientifiques les indices sciemment laissés par l'expéditeur. Au fur et à mesure de la progression du roman, qui est aussi celle du déroulement de l'histoire des mathématiques, et celle de l'apprentissage mathématique des personnages, nous progressons parmi les théorèmes et les postulats, parmi les belles inventions théoriques et les applications forcenées, nous revivons les riches heures de l'histoire scientifique. Pour les familiers des maths, l'histoire tend vers un épilogue gravitant autour de la résolution du postulat de Fermat.
Si vous n'êtes pas rebutés par l'aspect quelque peu encyclopédique de l'exercice, vous apprécierez cet ouvrage, et vous aurez en plus le plaisir d'en apprécier la trame romanesque.
 
PmM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés