Gimpel le naïf Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Isaac Bashevis Singer - Stock
 
A quoi tient l'universalité des contes d'Isaac Bashevis Singer ? D'où vient le sentiment de familiarité, de proximité avec ces histoires de juifs polonais ruraux ou citadins, histoires écrites en yiddish et couronnées par un prix Nobel en 78 ? Pour une bonne part, sans doute de la présence de la culture juive d'Europe Centrale dans notre culture de mélanges. Puis de la part de culture juive dont le maître de Brooklyn (vous voyez de qui je parle, il a de grosses lunettes) nous a appris à rire. Et pour l'essentiel, parce que les histoires des femmes et des hommes, petits ou grands, généreux ou mesquins, savent traverser les cultures quand elles sont dites avec autant de talent. C'est le génie d'écrivains comme Singer que de savoir transformer une histoire en conte à la portée quasi-universelle. Que ses histoires se déroulent dans la Pologne de ses origines ou dans le New-York mythique des communautés, elles sont autant de témoignages d'humanité, au sens précis du terme.
A lire : Gimpel le Naïf, Le magicien de Lublin, Le Fantôme
 
PmM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés