L'Huître et la Citrouille Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
Une citrouille ayant mûri tout l'automne
Se parait sous la feuille d'un carmin monotone,
Et tout en attendant quelque destin minable
Fit d'une huître plate la rencontre improbable.

"Holà ! Sombre caillou, es-tu plante ou bien ver ?
Je t'avais cru pourtant pierre parmi les pierres
Et je te vois ramper, fendue de-ci, de-là ;
Quelle sorte de bête es-tu donc pour cela ?"

L'Huître n'en pouvait mais, regrettant ses amers,
Ses branchies gémissant après son eau de mer,
D'une voix rendue rauque par ses muqueuses en friche
Expliqua avoir chu de la grande bourriche.

"Que faisais-tu dedans, toi qui vit d'eau salée ?"
S'exclama la Citrouille, la voyant desséchée.
"Je filais vers l'inconnu avec toutes mes soeurs
Arrachées par la main d'un trouble ravisseur."

L'Huître se lamentait, estimant son destin
Terriblement tragique encore plus qu'incertain.
"Je me la coulais douce, dégustant du plancton,
Et voilà qu'un satyre m'enlève de mes fonds."

"Terrible trahison !" s'écria la Citrouille,
Et sa face plissée fonçait à être rouille.
Ton ravisseur honni, j'en connais la figure :
C'est l'homme sans vergogne qui pille la Nature.

Sans doute as-tu la chair de douce complexion ?
"Oui-da, rétorqua l'Huître. On dit avec raison
Qu'un plateau où je trône est mets paradisiaque,
Que je cèle en mes fluides la drogue aphrodisiaque.

La Citrouille apoplexique compatissait à fond :
"Même chose pour moi ! Certaine célébration
Voit ma mort arriver. Si l'on ne me gobe pas vivante,
On me perce, on me vide et pire : on m'ébouillante !

L'on place des bougies au fond de ma carcasse,
On me montre étripée à toute populace."
L'Huître abasourdie, étouffée de colère,
Plaignait de sa compagne la destinée amère,

Oubliant que bientôt les terribles rayons
Du soleil plus sûrement que couteau ou citron
Auraient raison mortelle de sa vie opiniâtre,
Tombée aux champs perdus sans avoir pu combattre.

La Citrouille éperdue à lister ces tortures
Songeait avec remords que sa perte future
Etait encore loin. L'Huître pour son compte
Serait morte demain d'une mort point si prompte.

Elle se trompait pourtant. La cuisine ronflante
Sonnait déjà le temps de leur prochaine union,
Leur hymen annoncé portait un joli nom :
"Nage de l'huître cuite en soupe de potiron".

 
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés