Poème Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Venas que surcan
vìsceras y tierra
trazando idas y venidas
de vida
Sìstole.

El flujo ferrocarril
propulsa el ritmo.
La mùsica nace del suelo
hasta el vientre,
còmputo de latidos:
pulso de vìas.
Diàstole.

Es ritmo lìquido de sangre,
todo en sintonìa con el caudal
de las venas férreas.
Sìstole.

Desde los pies de la màquina
hasta las sienes:
sangre y vìa
a la velocidad del paisaje.
Diàstole.

Fundidos el latir de hierro
y el latir blando
de piel y carne.
Sìstole.

Mi cuerpo y el cuerpo del tren
son el mismo.
La eternidad en un trayecto,
dos movimientos,
un viaje de ida: una vida.

Veines sillonnant
Les viscères et la terre,
Y traçant des allers-retours
De vie.
Sistole.

Le flux ferroviaire
Propulse le rythme.
Du sol, la musique
Monte au ventre.
Le compte des battements,
Le pouls des voies.
Diastole.

C'est le rythme liquide du sang
Qui se règle sur le débit
Des veines ferrées.
Sistole.

Des pieds de la locomotive
Jusqu'aux tempes,
Le sang et la voie
A la vitesse du paysage.
Diastole.

Fusion du battement de fer
Et du battement, mou,
De peau et de chair.
Sistole.

Mon corps et le corps du train,
En un seul corps.
L'éternité en un trajet,
Deux mouvements,
Un aller simple : une vie.

 
BDV
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés