Alliance Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
S'il pleut, ce n'est que pour quelques heures
Le ciel s'arrange vite de ces pauvres nuages.
Au-dessus de ma tête passent, un à un,
Quelques oiseaux rapaces
Qui ne semblent pouvoir réduire au silence
Les angoisses du vent.

Je me place dans le ciel
Pour écouter le bruit des nuages
Qui changent sans cesse et
Sans cesse changent.

Ils se dispersent pour saisir l'horizon,
Encadrer le pays de barres de coton,
Je me sens seul,
Comme le soleil dans un ciel sans nuage.

 
EM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés