Forage Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
Je suis l'Or Noir, le sang vital de l'Industrie
Je suis la boue collante à l'odeur empuantie
Je suis l'embarilé pour qui tous les Etats
Se battent en coulisse comme un enfant sournois.

Voyez-les, plus avides qu'un chercheur de chimères
Prêt à tout pour de l'or, prêt à vendre sa mère,
Voyez-les ces Etats grands donneurs de leçons
Abdiquer leur éthique pour trente noirs bidons.

Voyez ces dictateurs assis commes des porcs
Sur la fange noirâtre de leurs soues pétrolières
Voyez ces corrompus vautrés sur la misère,
Souriant à leurs maîtres dans un rictus de mort.

Voyez ces compagnies, bras cachés des Etats
Edifier leurs empires et leurs installations
Sur les corps ignorés des ouvriers sans nom
Que la faim a poussé à venir mourir là.

Voyez ces techniciens qui depuis leurs bureaux
Dans le confort feutré projettent et planifient,
Et jettent un oeil serein aux esclaves locaux
Qui forgent de leurs mains les chaînes qui les lient.

Voyez ces rentiers gras devant leurs écrans blancs
Qui décident sans honte de rentabilité,
De marges, de profits, quand ils savent pourtant
Que d'autres vont mourir et qu'eux vont prospérer.

Voyez les sols pollués, voyez les oiseaux morts
Voyez la mer souillée où meurent les poissons,
Voyez les fumées noires des autos aux stations,
Regardez bien les pompes et voyez le rapport.

 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés