Ce fut lors d'un jour froid que je navigais seul parmi ces tours immenses. Le vent chargé d'hiver sifflait à mes oreilles comme un chant d'aventure. J'étais sur les mers froides, sur le pont d'un bateau, aux antipodes blanches. Les quatre tours d'étrave fendaient le ciel marin comme un narval les glaces. Sur le pont déserté, pas de transatlantiques mais quelques marins seuls qui pleuraient avec moi.