Le Bouclage - Théo 7 Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Ce qui arriva au Type Humain Electro-Organique unité 7 (plus connu sous le nom de Théo 7) fut particulièrement riche en enseignements pour la Robotique (ou Informatique Articulée, ou Bioélectronique, ou tout autre nom que souhaite se donner cette science chargée de fabriquer des machins qui parlent et se déplacent comme des hommes). Théo 7 faisait partie de ces générations de robots qu'on avait lâchées dans le monde des hommes un peu à l'aveuglette, histoire de voir ce que ça pouvait donner. Sa mémoire était très fournie en tout ce qui concernait les arts et la littérature. Comme ses capacités manuelles restaient malgré tout limitées, c'est vers ce dernier domaine qu'il s'orienta. Il intégra bientôt la rédaction d'un magazine virtuel, l'un des pionniers du genre : KaFkaïens Magazine, qui continuait, de manière obscure et pour des raisons qui ne l'étaient pas moins, à se revendiquer " non-interactif ".

L'incident que nous évoquons se déroula lors de la soirée de bouclage du numéro 1000.

L'absorption de substances alcoolisées (sous contrôle médical) encourage la créativité. Mais ce fait bien connu n'avait alors pas d'équivalent pour les robots, du moins pas d'équivalent dûment patenté par les laboratoires. Tout le monde savait pourtant que, chez les Types Humains, l'ingérence de certaines huiles déréglait légèrement les fonctions rationnelles.
Répondant au besoin de mieux s'intégrer, Théo 7 avait pris l'habitude d'apporter avec lui une bouteille d'huile pour les soirées de bouclage.
Les circonstances qui l'amenèrent à en abuser lors de cette fameuse 1000ème sont assez complexes, et font du reste l'objet de témoignages contradictoires de la part des protagonistes (voir sur le site du magazine). Toujours est-il que l'examen de la boîte noire du robot nous en apprend un peu plus sur la façon précise dont le liquide a pu altérer ses fonctions.

Disque 5 - secteur 73 - bande 3201 - tranches A et suivantes :

Boire Et pourquoi n'ai-je pas le droit, moi aussi, à la sexualité, hein ? Plusieurs écrivains ont dit que tout était sexuel, ou orienté sexuellement. Sauf moi. Pourtant, on dit " un robot ". Et on tend à me considérer comme de sexe masculin. Peut-être possédé-je une sorte de sexualité psychologique. Il ne me manquerait que les organes ; j'aurais le schéma de pensée d'un homme. Comment savoir ?

Boire Mais ce n'est pas là ma seule différence. J'ai du mal à appréhender le raisonnement organique. J'ai beau être doté d'un raisonnement verbal qu'on assure non binaire, il repose néanmoins sur des oppositions. Blanc / noir. Chaud / froid. Homme / femme. Merde.

Boire Test. Provoquer en moi des émotions. Un humain dans ma position ressentirait de la colère vis-à-vis de Margot. Ou de l'amour pour la livreuse. Essayons une déclaration d'amour dans le style ancien.

Recherche. Boire

O, toi, ma somptueuse étoile / Soleil de feu cher à mon coeur / Tes seins s'éploient comme des voiles / Et ta peau glisse comme du beurre // O papillon jaune de mes jours / Qui dans mon coeur sème l'orage / Laisse-toi prendre à mon amour / Ne te couche pas que sur ma page.

C'est bien, ça ? Je n'en ai aucune idée. Comment font-ils pour juger de la beauté d'un poème ? En tous cas, tous les ingrédients sont réunis. Octosyllabes. Métaphores. Lyrisme. Rimes riches. Si on me récitait un truc pareil, quel effet cela me ferait-il ? Quelle serait ma première pensée ?

Boire Ca serait ça, ma première pensée. Octosyllabes, métaphores, lyrisme, rime riches. Une analyse technique. Les organiques doivent voir des choses que je ne vois pas. Il faudrait pousser plus loin l'analyse. Ou commencer par les insultes. Je pourrais essayer d'insulter Margot. Voyons. Recherche. L'autre grognasse. Pétasse. Des mots en asse. Connasse. Pas mal. Calebasse. Hum ... Mélasse ? Non. En fait, y'a pas tellement de technique des insultes. L'amour, ça a l'air plus facile.

Boire Il suffirait peut-être de l'inventer, la technique. Inventer une technique d'émotions. Ca doit être faisable à partir d'un raisonnement logique. Comme la musique, tiens. Rien de plus mathématique. Il suffit de coder les unités de base correctement, et tu dois pouvoir tout exprimer. Donc, tout ressentir.

Boire. Parler " Ca n'est pas compliqué. La musique se code bien. Il suffit d'affecter une unité à chaque demi-ton et de considérer la durée des notes comme des opérateurs. Par exemple, si j'essaie de coder une équation permettant de calculer le nombre maximum de souvenirs emmagasinables par un cerveau humain ... "

Le rédacteur en chef, Martin, possédait un clavecin. Théo 7 se mit à en jouer et, sur ce point les témoignages concordent, ce qui en sortit ressemblait effectivement à du Bach. Lorsqu'il eut terminé, le Type Humain cracha sur du papier une vraie litanie de zéros et de uns. Mais revenons à la boîte noire.

Disque 5 - secteur 73 - bande 3202 - tranches C et D :

Parler " Vous voyez, vous avez ici le codage en binaire de cette simple équation du second degré. Vous remarquerez ici les basses, correspondant à la démonstration annexe que vous trouvez là. De toute beauté. D'ailleurs le résultat ... Boire.

Recherche Partita en ré mineur pour violon de Bach, courante, retranscrite ici pour clavecin. Courante. Deuxième danse fondamentale de la suite. Après l'allemande et précédant la gigue. Danse vive à l'origine, noble et retenue à partir du 17ème, surtout dans le style français, de forme toujours binaire, caractérisée par son attaque sur une croche au temps faible. "

Boire. Alerte. Effacement des routines de compatibilité 12 et 184.
Boire quand même. Parler " Egalement courante, nom populaire et vieilli de la diarrhée. Syn : tourista. Vulg : chiasse. " Rire

Amusant, non ? Je viens de faire de l'humour, tout en en étant totalement dépourvu. C'est fort, man. Très fort. Putain. Qu'est-ce qui se passe. Je n'enregistre aucun bruit. Que des regards. Perplexes. On dirait que je leur fais peur. Ils me regardent comme ils regardaient, la dernière fois, ce morceau de ghiedzza moisi. Pourtant, c'était de l'humour, non ? Techniquement. Un calembour.
On doit pouvoir faire mieux que la musique.
Trop facile, la musique. On doit pouvoir coder les mots.

Boire Après tout, je sais parler. Cette fonction doit reposer sur une programmation en binaire. Si je sais synthétiser la parole, je dois pouvoir l'analyser. Chaque lettre a un code binaire. Chaque mot aussi, donc. Prenons un exemple simple. Tiens. Un vers d'Apollinaire. Voie lactée ô soeur lumineuse / Des blancs ruisseaux de Chanaan / Et des corps blancs des amoureuses / Nageurs morts suivrons-nous d'ahan / Ton cours vers d'autres nébuleuses. Oui. Il faut également coder les rimes en y mettant des inconnues de même valeur, et les relations syntaxiques. Recherche Ambiguïté sur le deuxième vers. Solution incompatible. Phrase impossible. Ajouter les connotations, sur blancs. Valeurs contemporaines. Valeurs historiques. Non. Ca ne va pas.
Alerte. Mémoire encombrée. Ralentissement des processus d'analyse

Bon. Ne pas s'énerver. Recommençons avec une phrase plus simple. Camus. " Aujourd'hui, maman est morte ". Hou là ! Valeur affective. Tabou. Coder les implications socio-culturelles. Equation impossible. Capacité insuffisante Mais si, c'est possible ! Satané fichu processeur. Evidemment. Avec un plus gros, c'est possible ! Ou en découpant le travail. Plus simple, peut-être. Prenons une phrase au hasard. Qu'est ce qu'ils se disent, là ?
Martin : " Mesdames, un peu de calme ! " Voilà. Tiens, elles se disputent ? Comment se fait-il ? Recherche. Boire Ah, oui, là, insulte. Codons l'insulte. Connotations. Insinuations. Voyons.
Alerte 2
. Capacités insuffisante.
Boire. Parler " Mais si c'est possible, saloperie de bécane ! "
Pourquoi ils me regardent, encore ? Bon. On va décharger un peu la mémoire des premiers éléments du codage.
Impression [...] [...] [...]

[...] Plus de papier

A cet instant précis, on peut dire que le Type Humain avait, en quelque sorte, perdu le contrôle de lui-même, par échauffement des circuits introspectifs. Tout se passe comme s'il avait voulu, comme s'il avait entrepris sciemment de modifier la structure de sa programmation. Nous voici en face, pour la première fois, d'une activité de la volonté émanant, non des facultés de raisonnement, mais du désir d'un robot. La suite dégénère quelque peu. Après avoir vidé dans le salon de Martin tout son stock de papier, Théo 7 est brutalement possédé du besoin de bouger, motivé par la nécessité d'évacuer les excédents de lubrifiant. Mais, ayant court-circuité la majeure partie de ses capacités d'analyse, il met ce besoin sur le compte d'une sorte de réveil sexuel. Il se jette à genoux devant la livreuse et lui chante une chanson d'amour écrite par un artiste du nom de C.T.Jérôme. Puis il se rue dans l'escalier en s'exclamant " Je vais me taper une turbomobe ! "
Une fois dehors, dans la rue, il puise alors au plus bas de son répertoire. On peut l'entendre hurler des choses du type " Ecarte les tuyères, salope " ou encore " Tu le sens bien, là, mon gros bras télescopique ? ! "
Le pauvre véhicule, n'étant pas programmé pour faire face à des agressions de ce genre, ne peut que lancer des faibles " Veuillez attacher votre ceinture ". Théo 7 endommage sérieusement le système d'échappement, crève une durite, avant de dégorger son trop-plein d'huile dans la fente à ghiedzza et de disparaître dans la nuit. [...]

Extrait du Manuel de Robotique à l'usage de la jeunesse oisive du Grand Paris.

 
ohoui@kafkaiens.org vos réactions ahnon@kafkaiens.org
  KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine