De l'affaire Sokal Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Si vous avez déjà entendu parlé de l'affaire Sokal, vous pouvez sauter à la suite, sauf si mon point de vue ne vous intéresse pas, auquel cas, vous trouverez ces quelques liens intéressants.
Sinon, voici un bref résumé de l'Affaire (avec une majuscule, ça fait plus solennel), et avec La Recherche (voir la rubrique Chroniques) comme référence (ça fait plus sérieux). C'est important d'asseoir les débats, d'établir des vérités, surtout lorsque l'on parle d'imposture scientifique.
OK, c'est vrai, ça date un peu. Mais les questions soulevées dépassent l'actualité.

L'imposture proprement dite est géniale. Alan Sokal, professeur de physique a publié un texte bidon dans la revue de philosophie Social Text.
Quand on voit le nombre de types qui feraient n'importe quoi pour être publiés, réussir à publier un texte bidon est une vraie prouesse. Alan Sokal, tout physicien qu'il soit, en connait néanmoins un sacré rayon sur la philosophie, mais aussi sur les milieux intellectuels américains. C'est vrai, quoi, il doit être calé, Sokal ! Et de la part d'un scientifique, je dis chapeau !

De plus, les impostures deviennent rares et difficiles. Dans notre monde hyperspécialisé, il devient difficile de se faire passer pour ce qu'on n'est pas. Alors pour l'idée même de gruger une élite intellectuelle, je dis encore chapeau ! Une bonne blague intello, à part chez Umberto Eco (sa "tétrapiloctomie" : l'art de couper les cheveux en quatre !), c'est si rare....

Et en plus, ça a marché : génial !

Regardons maintenant un peu les débats qui ont suivi. On trouve d'un côté une revue dont les éditeurs sont passés pour des cons. De l'autre un homme fier de son bon coup. Là-dessus s'ajoutent leurs partisans : pour simplifier, les philosophes et les scientifiques.
Car, malheureusement, le débat est retombé très vite dans cette vieille querelle : la philosophie est-elle une science ?
On le voit, on est en plein technologie et humanisme...

Tant que tout ceci restait une blague, ça me faisait marrer... Mais lorsque ça devient une bataille pour empêcher la dérive d'un groupe de pensée du même bord que Sokal (la politique vient s'en mêler), là, ça commence à me gonfler.
Moi qui commençais à croire que ce genre de débat n'avait plus cours entre des personnes suffisamment ouvertes d'esprit pour briser les frontières de la spécialisation, je suis déçu !

Alors, quand on lit la défense des éditeurs de la revue : une défense administrative, on y parle de procédures de contrôle, de geste d'ouverture à d'autres disciplines... Quand on lit les remarques ironiques de Sokal, ça fait marrer sur le coup, mais, globalement, ça ressemble trop à la guerre matérialisme contre idéalisme.

Sokal affirme que la philosophie est une science. Et donc que les philosophes sont mauvais, puisque leurs raisonnements ne sont pas scientifiques. Ses contradicteurs se défendent en se réclamant des sciences humaines, en criant que la psychanalyse ne se démontre pas...

Quand on en revient, donc, à ses débats stériles qui tendent à opposer les sciences aux sciences humaines, on se dit que c'est dommage.
On est passé à côté d'un vrai débat, celui qui devrait mener au seul vrai consensus : il n'y a pas de vérité, bordel !

La philosophie est une science ET n'est pas une science. Point. Un atome est un grain de matière ET est une onde corpusculaire. Et alors ?

Pourquoi personne ne veut-il penser et vivre dans un monde de contradictions ? Pour quoi vouloir se rassurer avec des certitudes et des vérités ? Alors que ce qu'il y a de cool, d'excitant, c'est l'opposition, l'incohérence et l'absurde.

Que le 21eme siècle soit incohérent et absurde, enfin...

 

Quelques liens :

Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés