Sud Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Ce matin-là, lorsque Youssef eut terminé de lire la lettre, il se laissa aller en arrière en poussant un soupir de soulagement. Il avait enfin payé sa dette.

Il s'agissait d'une commande venant de France pour transporter un colis de Lomé à Abidjan, d'où il partirait par avion jusque Paris. Un colis encombrant : deux mètres de long, un mètre dans sa plus grande largeur, soixante centimètres de haut. Le cercueil contenant les restes d'Hervé Latour.

Sa mort remontait maintenant à plus d'un an. Le fait n'étonnait pas Youssef outre mesure. Il avait bien fallu tout ce temps à sa famille pour venir à bout des barrages administratifs et diplomatiques du gouvernement togolais. Il ne s'étonna pas davantage d'avoir été choisi pour ce travail. Il avait partie liée avec Latour depuis sa jeunesse. Il remercia le ciel pour lui avoir envoyé un signe aussi clair et incontestable qu'il avait purgé sa peine.

Youssef était sorti des prisons de ce pays six mois auparavant. Quatre autres mois s'étaient écoulés avant qu'on ne lui rende son navire. Sa clientèle avait fui. Il vivait comme il pouvait, ayant réduit son équipage de moitié, et arrondissait ses revenus grâce à la pêche. Il réservait le gaillard d'arrière de "La huitième fille II" à cette activité, revendait le poisson frais à ses quelques passagers et sur les marchés traversés pendant les escales.

Lorsque, revenant de Guinée, il avait mouillé dans le port de Lomé, un an plus tôt, une compagnie entière l'attendait de pied ferme. On avait séquestré son bateau. On l'avait enfermé dans une prison obscure de l'arrière-pays. On l'avait soumis aux pires interrogatoires. L'officier qui les menait lui avait tout d'abord exhibé une photographie du passager qu'il avait embarqué trois jours auparavant. Le connaissait-il? Savait-il qui était réellement cet homme? Savait-il qu'il était recherché par toutes les polices du pays, qu'il était condamné à mort pour haute trahison? Youssef avait nié, bien sûr. Bien sûr, cela n'avait servi à rien. On n'avait pas voulu le croire. On avait cherché à lui faire avouer sa complicité dans l'évasion du sergent-chef Samba Bambaka. Et, en y mettant un peu de bonne volonté, on avait réussi. Au bout d'une semaine, Youssef aurait avoué n'importe quoi.

Et puis, un beau matin, on avait changé de disque. Tandis que Youssef, ayant signé des aveux complets, n'espérait plus qu'une action de son consulat pour garder la vie sauve, on lui avait fourré sous le nez une nouvelle photo. Il avait immédiatement reconnu l'homme, avec un cri de surprise et, d'une certaine manière, de soulagement. Son mauvais ange. Tout s'expliquait. Comme il en avait eu l'intuition, son ange blond était derrière tout ça.

Alors avait commencé un nouvel interrogatoire. L'affaire Bambaka semblait totalement oubliée. Il ne s'agissait plus que de faire dire à Youssef il ne savait quoi à propos de documents secrets qui se seraient trouvés à bord de son navire. Youssef n'avait rien compris aux questions qu'on lui posait. Son ange s'appelait Hervé Latour, et avait apparemment trempé dans des histoires louches avec l'ancien gouvernement. Il aurait enfermé des pièces de la plus haute importance dans la cabine 132 de "La huitième fille II". Or, le coffre de cette cabine était vide. Où donc étaient passé les documents?

Youssef ignorait tout de ce qu'on lui demandait. La cabine 132 était louée à vie à un riche Allemand, qui faisait régulièrement la route de Marseille à Lomé, et se montrait rarement. Ressemblait-il à la photo? Non ! Non ! Son Allemand avait le poil rare et à tendance noire, portait une courte moustache en brosse, avait le visage bouffi, ...

Tout cela ne prouvait rien, il s'en rendait compte. Un faux crâne, une fausse moustache, un peu de teinture, des boules de caoutchouc coincées entre la gencive et la joue. Tout de même, se pouvait-il ...

Il se pouvait. Youssef, maintenant, en était convaincu. Tout au long de ces années, son mauvais ange ne l'avait pas quitté d'une semelle. On avait fini par le relâcher, devant son ignorance. Il était décidément trop insignifiant pour être l'objet d'un incident diplomatique. On l'avait rendu à son pays. Le bateau n'était arrivé que bien plus tard.

Et aujourd'hui, voilà qu'on le chargeait de convoyer le corps de Latour. Oui. La boucle était bien bouclée. A soixante ans, Youssef pouvait respirer. Enfin. La vie recommençait.

(Youssef)

 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés