Révérence 1
 
Ce matin l'intercalaire a pris la place de mes côtés
Et mille et une feuilles de papier en squelette ont structuré la vaine carcasse qui pèse sur mon absence d'épaule.
Vous qui passez près de moi et qui ne semblez pas peser bien lourd, n'hésitez pas à me soulager d'un os ou deux.
Jamais la lumière ne fut autant absente.
Et les mines s'agrégeaient en fines silhouettes
Et nos longues herbes blanches qui croissent aux soleils ont maintes fois pris la plus ancienne des routes.
Sur les rochers alentours se couronnent des vipères dont les yeux sont perdus dans le vin pur. Dès lors toute clarté est à jamais éteinte.
 
EM
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés