L'Interactivité
 
Qu'est ce que l'interactivité ?

C'est le mécanisme par lequel les activités de plusieurs processus influent les unes sur les autres, l'apparition d'un événement particulier dans un processus donné constituant la cause d'un événement conséquence dans un processus différent. Sous-entendu : les seuls liens existants entre les parties sont justement ces liens de causalité ; pour que l'on puisse parler d'interactivité, il faut nécessairement qu'il y ait indépendance des activités.

Des processus non indépendants ne peuvent pas être interactifs car la non-indépendance réside justement dans la détermination des enchaînements de cause à effet qui régissent le comportement des processus. Ainsi, des processus non-indépendants sont tout au plus en état d'interaction, et non pas d'interactivité. La véritable interactivité n'existe que dans la non-détermination ou dans le caractère fortuit des interactions qui modifient les déroulements des processus : l'interactivité réside dans la modification non prévue du déroulement d'un processus par un autre, et non pas dans la modification prévue et déterminée de ce déroulement.

Pour qu'il y ait interactivité, il faut que chaque partie en interaction ait un comportement non prévisible pour les autres parties. Cela ne peut arriver dans le domaine de l'informatique, que l'interlocuteur de l'homme soit un réseau, un ordinateur ou un logiciel. La prévisibilité de comportement est au coeur du test de Turing [note : le test de Turing consiste à placer un homme en face de deux claviers, un des deux étant relié à un homme et l'autre à une machine simulant le comportement humain, sans que le testeur ne sache lequel le lie à la machine. Le testeur pose des questions aux deux interlocuteurs via les claviers. Le test est réussi si le testeur n'est pas capable de deviner quel est le clavier représentant la machine. Aucune machine actuelle ne peut passer ce test, le recherche en IA actuelle tend à montrer qu'aucune machine ne pourra le passer], et explique l'échec des machines au test.

L'interaction constatée dans le domaine informatique n'est pas interactivité, car elle est dirigée et prévue (un informaticien dirait câblée) suivant que l'on s'adresse à une machine (dans un cadre technique), à un réseau (Internet) ou à un programme. Ces trois cas correspondent à des concepts distincts dans l'esprit des utilisateurs, et donc à des pseudo-interactivités différentes.

Face à une machine, on trouve un programmeur, et non pas un utilisateur : c'est un cadre d'interaction purement technique. A moins d'être débutant, naïf, ou incurablement optimiste, le programmeur sait qu'il n'a en face de lui qu'une machine parfaitement prévisible dont il définit le comportement. Il sait que la machine ne fera que ce qu'il lui dira de faire. Le seul mot d'interactivité le fait rire.

Face au réseau, l'utilisateur se trouve face à une entité dont il n'appréhende pas forcément la taille et le fonctionnement. Cela concourt à donner l'impression que l'organisation du réseau est basée sur des mécanisme obscurs, d'une complexité élevée, et dans le même temps pare ce réseau d'une aura de mysticisme futuriste. Or nous savons que complexité ne signifie pas intelligence. Le réseau donne accès à une masse d'information et de méthodes qui pourraient conduire à le considérer comme une entité susceptible de comportement autonome.

Cet aspect de la complexité du réseau est renforcé par le martelage publicitaire qui ne cesse de proclamer d'une part qu'il faut se connecter à l'Internet (alors qu'Internet signifie "entre les réseaux") comme si Internet était une entité à l'existence définie, et qui d'autre part ne manque jamais de mettre en avant certaines particularités techniques comme le cheminement des informations pour illustrer la manière obscure qu'a ce réseau inimaginable de fonctionner [note : les informations sur Internet sont divisées en paquets, et les différents paquets peuvent emprunter si besoin est des routes différentes pour arriver jusqu'à leur destinataire. L'interconnexion permet d'offrir de nombreuses routes alternatives pour parcourir un trajet défini]. Or ce mécanisme de cheminement est au contraire un processus câblé, statique, qui faisait partie du cahier des charges d'Arpanet (précurseur d'Internet) et qui se situe donc à l'opposé de cet étrange pouvoir imaginé par certains journalistes peu rigoureux, en tout cas dans leur manière de présenter les choses.

La seule véritable interactivité que l'on pourrait imaginer sur le réseau est une interactivité technique. La nature même d'Internet étant l'interconnexion de réseaux autonomes, on voit que l'on trouve dans le cas précis d'activités indépendantes ayant une influence les unes sur les autres. Mais dans ce cas, le déterminisme de l'interaction est en fait réel et caché : il se situe tout entier au niveau des interconnexions de réseaux (les passerelles) dont le mécanisme régulateur n'est encore une fois qu'un programme parmi d'autres.

C'est probablement à propos des programmes et des applications multimédias que le terme "interactif" est le plus dévoyé. Un programme est un ensemble d'instructions destiné à répondre à des sollicitations définies par des processus également définis. Ce n'est pas parce que le programme est complexe et que le nombre d'actions est élevé que l'on peut dire que le programme évolue interactivement avec l'utilisateur : il n'est pas autonome ! Le programme ne fera jamais plus que ce que le programmeur a voulu lui faire faire. Les pages écrites en HTML (qui reste un langage parmi d'autres) diffusées sur Internet ne sont que des programmes : en ce sens, elles décrivent à l'ordinateur une liste d'actions à effectuer (exemple : écrire tel titre, afficher telle image) ; elles ne sauraient donc être interactive à quelque titre que ce soit, et ce n'est pas deux animations et trois jolis dessins qui vont y changer quelque chose.

Le véritable problème est que l'interactivité supposée fait partie des artifices communément admis pour masquer l'absence de fond par l'hypertrophie de la forme. C'est le syndrome de la pie : on attire par ce qui brille. Le Net regorge de pages personnelles dont le seul propos est de présenter leur auteur, le tout assorti d'un délire fantasmagorique de graphismes et d'animations. Ces pages ne présentent aucun intérêt. Si cela n'était valable que pour quelques pages personnelles, cela ne serait pas forcément très grave. Mais de nombreuses entreprises mettent (ou plutôt font mettre) en place des sites institutionnels dont le contenu est aussi intéressant que celui de leur bilan annuel.

L'effet de mode qui entoure actuellement Internet pousse les entreprises (ou les gens) à faire acte de présence avec des moyens plus ou moins élaborés. Cette présence se définit en elle-même, et n'apporte aucun élément supplémentaire. Sous cette vacuité du contenu perce la difficulté de définir ce que peut bien être Internet à l'heure actuelle. Quelques années en arrière, le réseau avait une utilité claire (sinon un but) : servir les besoins des universitaires et des programmeurs par la mise à disposition de ressources. Il y avait une absolue primauté du fond, encore augmentée par le fait que la forme n'était pas à la hauteur. L'introduction du Web sur le réseau a modifié ce rapport entre fond et forme.

Malheureusement, l'amélioration de la forme a atteint rapidement le but initial qui lui avait été assigné (celui de présenter le fond sous un aspect plus agréable, et partant, plus compréhensible) puis l'a dépassé pour se mettre au diapason de nouvelles techniques dont l'introduction répondait au besoin de la forme pour la forme. Sans vouloir paraître bêtement critique à l'égard de nos amis américains, je dirais que l'on trouve dans l'évolution actuelle d'Internet les deux grands aspects contrastés qui régentent leur culture : l'altruisme universaliste de l'Internet ancienne mode est en train de se faire laminer par la machine mercantiliste de la publicité et des grandes entreprises. Internet est tout simplement en train de se conformer au modèle de communication du marché américain. Que cela soit regrettable ou pas est un autre débat, car de toute façon cela est inéluctable.

Entre l'arrivée des grandes entreprises qui transposent sur le Web leurs techniques de communication, et la fascination des informaticiens pour les nouvelles techniques de présentation qui les conduit à faire des pages pour faire des pages (eux qui n'ont, dans leur grande majorité, rien de bien intéressant à dire), Internet s'encombre donc de milliers de sites inintéressants, vides, creux. La multiplication des serveurs comme Mygale ou Géocities, l'hébergement de pages personnelles par les fournisseurs d'accès et la simplification de réalisation de pages aggravent cet effet. Cette publication parasite - dont il serait intéressant de mesurer l'ampleur - va probablement contribuer à accélérer la mort du Web dans sa forme actuelle, en participant activement à l'engorgement des réseaux.

 
PmM
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés