C’est quoi une fibroscopie gastrique ?

La fibroscopie gastrique, comme son nom l’indique, est relative au système digestif. C’est un examen très important dans le secteur de la médecine. On vous en dit plus dans cet article.

Ce que c’est qu’une fibroscopie gastrique

La fibroscopie gastrique est encore appelée endoscopie œsogastroduodénale ou gastroscopie. Il s’agit d’un examen médical qui consiste à faire un examen visuel de l’estomac, de la zone de l’intestin grêle, et de l’œsophage. La partie de l’intestin grêle concerné regroupe les « deux premiers segments du duodénum ». Pour une fibroscopie gastrique, on utilise un fibroscope. C’est un tube souple, mesurant quelques millimètres en diamètres. Ce dispositif est équipé d’une source d’éclairage et de fibres optiques de dernières générations. L’ensemble permet une observation satisfaisante du haut du tube digestif.

A voir aussi : Calmer le stress : 8 astuces efficaces

Il faut souligner que le fibroscope est aussi constitué d’un petit canal opérateur. Le médecin en fait usage pour des gestes thérapeutiques et surtout pour des prélèvements. Les performances d’un fibroscope sont limitées. On ne peut pas l’utiliser par exemple pour examiner des tumeurs logées en dessous de la muqueuse.

L’utilité d’une fibroscopie gastrique

On considère la fibroscopie comme un examen dans le cadre d’un diagnostic. Elle peut être recommandée dans plusieurs situations. Il s’agit par exemple des cas : de malaises dans la partie supérieure de l’abdomen, de pyrosis, de vomissements fréquents, de dyspepsie ou encore de diarrhées récurrentes. La fibroscopie est également conseillée aux patients souffrant d’anémie, d’œsophagite, de gastrite ou encore d’intolérance alimentaire. Cette technique est parfois utilisée dans le cadre de certaines thérapies. On désigne cette pratique par « fibroscopie thérapeutique ». Dans ce cas, elle permet d’enlever de petites tumeurs, de faire des ablations, des dilations, de coaguler certains vaisseaux sanguins, de ligaturer des varices œsophagiennes, etc.

A lire également : La santé : un enjeu central dans les politiques

L’examen de fibroscopie gastrique

Pour la fibroscopie, le patient doit obligatoirement être à jeun. On interdit généralement aussi la prise d’anticoagulants au cours de la période de l’examen. Le patient est mis sous anesthésie locale ou générale. Lorsqu’il n’y a pas lieu de faire une fibroscopie thérapeutique, l’intervention ne dure en moyenne qu’une vingtaine de minutes. Selon que le patient soit en éveil ou sous anesthésie générale, la méthode d’introduction du tube change. Dans l’un ou l’autre cas, le patient est allongé. Comme souligné plus haut, la caméra permettra au médecin de faire son diagnostic, mais aussi de faire entrer prudemment le matériel. Le résultat de l’examen est souvent immédiat ou ne dure que quelques jours.

Fibroscopie gastrique et convalescence

Après une fibroscopie, il n’y a généralement pas de douleurs post-opératoires. On note quelques fois, des problèmes de gaz, de ballonnements, et des nausées. Les heures qui suivent l’examen, le patient peut vaquer à ces préoccupations habituelles. Mais dans le cas d’une anesthésie générale, il faut attendre le jour suivant. En cas de complications, le patient doit immédiatement contacter son médecin.