Visions d'antan Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Clifford D. Simak - J'ai Lu SF
 
Ce recueil de quatre nouvelles, écrites dans les années 55 (sauf une publiée en 77), constitue une illustration parfaite d'un certain style d'écriture de science-fiction en passe de devenir classique. Classique, mais pas dans le sens de "rabaché, plagié, rebattu", plutôt dans le sens de "historique, amené à servir de modèle et d'exemple". Car ce style relativement indéfinissable (ou alors, il faudrait réfléchir et analyser plus avant) n'est pas propre à Clifford D. Simak, mais commun - du moins dans la plupart de ses éléments fondamentaux - à Asimov, Brown, Lovecraft (pour les récits les moins fantastiques)... On peut bien sûr voir dans l'émergence de ces ressemblances un modelage imposé par le mode de parution des ces récits (les fameux magazines comme Weird Tales) et donc par la commune préoccupation des directeurs de publication, doublé de l'existence d'une certaine "école" américaine des années 50. C'est sans doute vrai, mais cela n'enlève rien à l'originalité de chacun des auteurs, et au fait avéré que ce style d'écriture se fait rare.
Le style d'écriture dans la science-fiction des dix dernières années est considérablement différent, si tant est que l'on puisse parler d'un style commun. Il n'y a en fait que des éléments communs de style qui se détachent d'un fond relativement embrouillé (ex : le traitement de la violence, du sexe, de la drogue...). Pour prendre des exemples concrets, dans la continuité d'une certaine école anglo-américaine, les styles de Silverberg, Vance, Gibson et Powers permettent d'observer non seulement l'émergence de nouveaux éléments de narration (au delà des éléments de narration habituels, on trouve maintenant des fils conducteurs nouveaux comme les univers virtuels informatiques par exemple), mais aussi une reprise des éléments les plus classiques comme l'amour, la violence ou la magie. Le style d'écriture suit à la fois l'évolution du monde dans sa globalité (et du monde technique en particulier), et un chemin évolutif qui lui est propre. Ce chemin de traverse est probablement le simple reflet de l'évolution du rapport des auteurs avec la littérature qu'il écrivent. En changeant de statut, en devenant progressivement et non sans difficultés une littérature à part entière, la science-fiction voit ses composantes évoluer. Ce qui constitue un paradoxe de plus dans une littérature qui se voudrait souvent atemporelle...mais qui devrait suffire à prouver une fois de plus à ses détracteurs que la science-fiction est une genre comme un autre de la littérature moderne.
Ah, au fait, le recueil de nouvelles de Simak... Il est parfait, comme vous vous en doutez !
 
PmM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés