Une affaire personnelle Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Kenzoburo Oe
 
Il y a des gens qui n'aiment pas les romans intimistes. C'est comme ça. Personnellement, je ne supporte pas d'aller mettre mon nez dans l'intimité d'un auteur. Connaître ses pulsions, même imaginaires, ses faiblesses, beurk !
Pourtant, dans le genre roman intimiste, Une Affaire personnelle, par son titre même, fait très fort. Un seul sujet, une seule question tout au long du roman : un père apprend que son enfant est un monstre et se demande, trois jours durant, s'il doit, s'il peut ! souhaiter sa mort. Voilà. C'est tout.
Alors à quoi bon lire ces pages certainement gluantes de sentiments larmoyants, de faiblesse humaine ? Peut-être déjà, parce que c'est l'oeuvre d'un japonais. Les japonaiseries donnent une couleur supplémentaire aux sentiments et aux relations. OK, ça peut aider.
Mais il y a une surtout une vraie question, un suspens terrible qui nous tient. Le bébé survivra-t-il à sa difformité ? Ou sera-t-il tué par son propre père ? Nous mêmes, lecteurs, sommes impliqués dans ce choix. On ne sait qu'espérer. S'il est condamné à un état végétatif, cet enfant doit-il vivre ? A quoi bon ? son père, surnommé "bird" finira-t-il par utiliser sa cervelle de moineau, se prendra-t-il en mains ? Vous le saurez en lisant Une Affaire personnelle !
 
LN
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés