Sang du Ciel Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Marcello Fois - Points
 
Sang du ciel est une suite de Sempre Caro, dont nous avons déjà parlé, et à propos duquel nous avions évoqué les romans inscrits dans une culture locale, qui véhiculent outre leurs histoires propres toute la force ou la faiblesse d'une culture, qui nous font ressentir cette culture plus sûrement qu'aucun guide touristique. Avec ses mots mâtinés de patois, Marcello Fois nous emmenait dans les rocailles de la Sardaigne; Sang du Ciel nous permet de retourner dans ces lieux qu'il nous avait à grand-peine fallu quitter. Sang du Ciel est un livre merveilleux, bourré de voyages de toutes sortes, au cœur de la Sardaigne, au cœur des hommes, au cœur de l'écrivain. Les éléments de la tragédie sont à nouveau réunis, le meurtre, le doute, l'honneur et les choses qu'on ne dit pas par peur de ce que "les gens" vont dire. La faiblesse et la force de cette culture, mais aussi de ces hommes, et aussi de cette langue qui peut masquer la vérité crue des mobiles. Et aussi de cet écrivain transposé qu'est le personnage principal du livre, un avocat poète, dont les tortures de l'écrit sont sûrement autobiographiques, avec ce père absent, qui est parti un soir de pluie. La pluie, personnage central du livre, la pluie de ces terres de soleil, violente, irraisonnée, obsédante et rouge comme le sang qui coule… Tout est parfait dans ce livre, presque parfait (je n'ai pas vu les défauts, envoûté que j'étais comme le petit garçon à qui l'on montre le monde, ou comme le petit garçon que redevient l'auteur devant le fantôme de son père), et l'on croirait presque qu'une pièce de théâtre se joue devant nos yeux. Le texte est si riche : il faudrait par exemple beaucoup de temps pour analyser combien la couleur est importante dans le roman, couleurs du sang, de la terre, des vêtements, couleurs qui soutiennent de manière presque palpable les constructions de l'auteur, ses images, ses rêves. Ce texte court est un merveilleux sujet d'étude, et je ne crois même pas que cela en briserait la poésie. Quant à moi, je vais attendre impatiemment le prochain roman de Marcello Fois.
 
PmM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés