Machine qui rêve Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Tome et Janry - Spirou - Dupuis
 
Aimez-vous Spirou ?
On peut aimer ce sympathique personnage de bandes dessinées pour une multitude de raisons - du souvenir d'enfance à la simplicité des histoires et des graphismes de ce pionnier de l'école belge - et le détester pour autant. Quoique le Spirou des origines soit bien difficile à détester, puisqu'il est l'archétype même du héros de bandes dessinées pour la jeunesse de l'époque, à l'instar de Tintin, sans profondeur narrative ni niveaux de lecture superposés (comme Astérix durant l'époque Gosciny), avec de pures abstractions sociales (le "Journaliste", le "Savant génial", le "Bouseux"...). Le personnage a été créé par Rob-Vel puis repris par de nombreux dessinateurs, dans la même veine. Seul le trait faisait apparaître une rupture très légère, les scénarios ne faisant que s'adapter aux problèmes du moment sans acquérir de véritable consistance autre que narrative. La véritable rupture est arrivée avec Tome et Janry qui ont entamé une mutation profonde du personnage. Avec leur dernier volume paru, Machine qui rêve, il semble que cette mutation soit en passe de s'achever.

Peu après leur premier tome, les deux auteurs ont entamé une série parallèle intitulé le Petit Spirou, racontant les aventures de Spirou enfant, échappant à toutes contraintes de réalisme, orienté vers les enfants par la nature des histoires (des enfants modernes toutefois), bref, dans la droite ligne du Spirou initial. Ayant réglé de cette manière le fardeau moral de l'héritage du maître Franquin, nos deux compères ont pu s'attaquer à l'volution en profondeur du personnage, avec une première évolution vers le comique affirmé (jusque là) puis vers le réalisme (le dernier tome). Spirou et Fantasio ont maintenant des états d'âme, dépriment, désirent des femmes. Machine qui rêve ne marquera pas par l'histoire qui y est contée, mais parce que Fantasio y prend des vacances ou parce que Seccotine veut qu'on l'appelle par son prénom... Point d'orgue de la rupture (ATTENTION ne lisez pas ce qui suit si vous voulez garder du suspens) : l'histoire met en jeu un clone de Spirou, qui survit au véritable Spirou. A la fin, leurs destins se séparent, tandis que Spirou reste le classique compagnon de Fantasio, voici notre clone libre de débuter quelque chose de nouveau, avec le soutien de Seccotine (pardon, Sophie)...
On l'a compris, il s'agit d'un manifeste pour un nouveau Spirou. Pour mieux juger de la réussite de cette métamorphose, attendons de voir le prochain tome de ses aventures.
 
PmM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés