Lettres de prison à Lucette Destouches et Maître Mikkelsen (1945-1947) Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Louis-Ferdinand Céline - Gallimard
 
Que les choses soient claires : pour lire ce livre il faut être à la fois un admirateur inconditionnel du style de Céline mais aussi un lecteur averti de l'immonde capacité de détestation de cet auteur et de son antisémitisme répugnant. Les lettres recueillies par François Gibault sont celles écrites par Céline à sa femme et à son avocat durant sa détention au Danemark (où le couple, accompagné du chat Bébert -véritable personnage de cette misérable odyssée- se réfugie après la fuite en Allemagne) en attente d'un règlement diplomatique entre le Danemark et la France qui réclame l'écrivain pour le juger comme traître. La situation de Céline est terrible : il est détenu malade dans un pays dont il ne connaît pas la langue, les accusations portées contre lui sont lourdes et les conséquences possibles en cas d'un retour en France dans cette période d'épuration sont funestes. Grâce au rigoureux éclairage de François Gibault, le lecteur peut mesurer la pertinence des charges pesant contre Céline et la qualité de la défense de celui-ci. Mais cette problématique est celle des historiens, ce qui reste de cette correspondance c'est cet homme traqué, enfoui dans son ignominieuse rhétorique, rempli d'une haine exacerbée par sa maladie et sa détention, son style s'effile dans sa solitude. Les éclairs de tendresse pour sa femme et son chat sont quelquefois bouleversants - mis à part deux lettres d'une méchanceté qui confine à la folie. Mais l'on ne peut se concentrer sur cette littérature que si l'on a l'estomac bien accroché et si l'on sait ce qu'était l'antisémitisme de Céline car il est dans ses lettres proprement abject. Je vous passe les détails, ne lisez ce livre qu'en connaissance de cause, comme on cherche à comprendre la maladie d'un génie.
 
EM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés