Le théâtre des opérations, journal métaphysique et polémique, 1999 Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Maurice G. Dantec - Gallimard
 

C'est une étrange épreuve que de lire le journal de Dantec. Ce qui frappe d'entrée, qu'on analyse d'abord timidement avant d'en avoir confirmation tout au long des 600 et quelques pages, c'est le ton qu'emploie l'auteur. J'aimerais qu'on m'explique comment un auteur qui a écrit un très bon polar (Les racines du mal) et deux autres moins bons (La Sirène rouge, son premier bouquin, et Babylon Babies, son dernier) peut poser à ce point, se complaire à ce point dans le rôle du génie incompris et visionnaire. Il est incroyable de voir cet homme qui fait au demeurant plutôt bien son boulot congédier des pans entiers de réflexion, de culture d'un " vous avez rien compris " de cour de récréation, tout en ne cessant de ramener tout à son ego : lui a compris, et il va nous expliquer…
Tout y passe : et que je commence des phrases par " ce que Marx n'a pas compris… ", et que je te cite Nietzsche toutes les dix lignes tout en maudissant la philosophie et les universités (dis donc, toto, c'est qui qui les traduit et les édite, tes bouquins de Nietzsche ? Colli et Montinari, ils bossent dans leur garage ?), et que je psalmodie que tout ça c'est la faute aux " intellos, les pacifistes, les gauchistes, les communistes, etc… " dans une sorte de litanie qui tient plus de l'abréaction psychanalytique que du raisonnement, je vous passe les développements les plus pénibles sur la situation politique mondiale et les fines analyses sur la société française… Dantec n'aime pas : la France (on échappe de peu au couplet sur les fonctionnaires et sur les impôts), l'Europe (trop vieux comparé à l'Amérique du Nord), ce qu'il appelle " Le Parti Communiste " ou " les communistes " et qui en gros va de Bourdieu au Monde Diplo en passant par Staline et Pif le chien, l'ONU, les pacifistes (intéressante fascination pour ce qu'il appelle "les métiers des armes ")… Vous allez me dire : ok, c'est son problème et vous avez raison. Moi par exemple je déteste Les Triplés (pour ceux qui ont la chance de n'avoir jamais lu le Figaro-Magazine, c'est une bande-dessinée avec trois enfants qui sont très bien coiffés), eh bien je ne passe pas mon temps à dire " Toujours pas la paix au Proche-Orient et c'est pas avec les Triplés que ça va s'arranger… ". Dantec, il est comme ça : tout s'explique de toute façon de toutes les manières du moment que ça colle bien avec le dernier article qui lui a plu ou le dernier bouquin qu'il a trouvé en librairie.
Le plus pénible, c'est quand il se fait redresseur de tort ou donneur de leçon, quand il donne à lire ses brouillons de réponses à des articles de journaux, on a l'impression d'un très vieux monsieur qui écrit pour signaler que des jeunes se réunissent dans sa cage d'escalier avant d'enchaîner sur les communistes qui lui ont fait perdre son boulot… la parano peut être drôle dans bien des situations, chez Dantec, ça sert de style et on se croirait dans le courrier des lecteurs du Figaro, pas au niveau des idées (quoique des fois…), mais dans le ton : cette façon épaisse d'avoir raison et d'être dans son bon droit, les " je vous l'avais bien dit " et les " mais quand donc comprendrez-vous ? ", bref, rien que l'on ne sache déjà…

 
EM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés