Le sillage de la baleine Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Francisco Coloane - Points
 
Les lecteurs attentifs de KaFkaïens savent notre amour de l'Amérique australe, de la Patagonie et de l'ile de Chiloe. A travers Coloane et ses récits magnifiques, nous retrouvons ici la vibration intime de ces terres de liberté. Le Sillage de la Baleine en est une démonstration éclatante. L'on y parle de chasse à la Baleine, l'on y parle de vie rude et difficile, l'on y parle surtout d'humanité. Bien sûr, la référence à Moby Dick s'impose ; mais au-delà de la vie des chasseurs de baleines, c'est la vie des habitants austraux qui est décrite. Toute la vie, la mort, l'amour, la peur et la joie, l'avidité et la générosité, les femmes, les hommes, les voleurs et les bienfaiteurs... Le Sillage de la Baleine est un roman d'aventures, un de ces romans dont vous voyez poindre la fin avec regret parce que vous savez que vous allez regrettez de ne plus passer quelques heures loin de votre fauteuil brun, dans le froid, dans le vent, sous le soleil de Chiloe ou vers les glaces de l'Antarctique, avec vous-même enfin et avec votre destin d'homme. On se prend à rêver d'un ailleurs, d'un absolu dont l'absence vous désespère, et l'on sait alors pourquoi l'on voyage au loin, sans doute pour rattraper ce petit garçon qui fuyait, là-bas, sur les ballons ou les bricks de Jules Verne ou dans les planètes d'Asimov. Et vous recommencez à lire les cartes de votre prochain voyage...
 
PmM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés