Les envoûtés Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Witold Gombrowicz - Folio
 
Lorsqu'on est comme moi trop inculte pour connaître vraiment la littérature polonaise, on a tôt fait de retrouver dans un livre tel que Les Envoûtés le goût plaisant du mélange intime entre le souffle épique de la littérature slave et la structure classique du roman que nous connaissons. C'est sans doute très réducteur, et j'accepterais avec humilité les remontrances d'un exégète avisé. Mais quand bien même, quel plaisir ! Comme dans la littérature russe, le surnaturel va et vient dans le roman comme une toupie folle : tantôt rejeté comme une croyance, tantôt accepté comme une évidence. Le lecteur suit les traces de l'auteur, prisonnier d'une mécanique précise ; le souffle de l'envoûtement pèse sur le récit. L'emballement de l'histoire laisse peu de place à une raisonnable distance qui permettrait d'être critique. Non, évidemment, on se laisse envoûter, posséder et pour peu que l'on entre dans le jeu de l'auteur dès le départ, pour peu que l'on prenne du plaisir à l'évocation d'une société polonaise comme épinglée sur le carton d'un entomologiste, pour peu que l'on suive la spirale croissante du surnaturel dont l'explication rationnelle et finale ne viendra pas à bout... alors on aimera cet ouvrage de Witold Gombrowicz. Et l'on ne regardera plus sa serviette de bain du même oeil !
 
PmM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés