Incompétence Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Rob Grant - Editeur
 
Quelque part dans notre futur proche, nos maîtres bruxellois décident de s'attaquer à la dernière des discriminations sévissant encore dans le monde du travail : désormais l'incapacité d'un individu à accomplir une tache donnée ne pourra plus être invoquée pour lui refuser un emploi !
Telle est la prémisse hilarante que le co-créateur de Red Dwarf emploie pour créer un petit chef-d'œuvre dans ce qui est un genre trop souvent négligé : la comédie de SF. (Un genre si négligé en fait que certains sont incapables de le reconnaître quand il leur tombe sur le bout du nez ! Mais passons…) Le scénario est celui d'un roman noir classique et n'a en lui-même que peu d'importance, il n'est là que pour permettre à notre héros de se trimballer d'un bout à l'autre de cette Europe future qu'il contemple avec un mélange d'amusement, d'exaspération et d'affection typiquement britannique dans une succession de blagues et de situations hilarantes dignes des meilleurs épisodes de Red Dwarf.
Typiquement britannique et pourtant dénué de l'affectation de supériorité trop souvent habituelle à nos voisins d'outre-manche, Rob Grant n'épargne pas plus son pays (où se déroule environ un quart du roman) que le reste de la communauté européenne. Il se joue, avec beaucoup de légèreté, des clichés habituels et ne s'abandonne jamais aux tirades paranoïaques que les tabloïds anglais aiment à ressortir dès qu'il est question de la Communauté européenne. La seule fois où Grant se laissera aller à prêcher quelque peu, il se lancera en fait dans une défense du potentiel de notre continent qui surprendra par sa véhémence le lecteur non-averti.
Par la forme Incompétence est un polar de SF, ses personnages et leurs péripéties sont de ce point de vue des plus conventionnels mais cela est un aspect du livre qui ne retiendra l'attention que des intellects les plus faibles : là n'est pas la question. Personne ne s'est jamais plaint de l'inconsistance du scénario de, par exemple, Le petit Prince ou Alice au pays des merveilles et il serait tout aussi ridicule d'appliquer ce critère à Incompétence. Dans les deux cas, la crédibilité ou même l'enchaînement logique des situations n'a en fait aucune importance. Le scénario n'est qu'un support pour les intentions de l'auteur, qu'elles soient poétiques dans le cas de Saint Exupery ou comiques dans celui de Grant (ou même un mélange des deux comme chez Lewis Carroll). Si les exemples que j'en donne appartiennent tous deux a la littérature enfantine, ce n'est pas par hasard : seule une application excessive, et à mon sens quelque peu mesquine, de nos facultés critiques rend impossible d'apprécier le livre de Rob Grant à sa juste mesure. Si comme le pensait Vargas Losa, les enfants forment le plus exigeant des publics, ils sont aussi par ailleurs les meilleurs des lecteurs, toujours prêt à suivre avec abandon le raconteur doué dans les méandres de ses mondes privés. Il n'est pas digne d'ouvrir un livre, encore moins de le critiquer, celui en qui rien ne reste de cette qualité juvénile.

 
AS
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés