Ecrits sur la musique Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Bernard Shaw - Bouquins
 
A priori destiné aux hyper-spécialistes de la musique classique telle qu'on la jouait à Londres à la fin du 19ème siècle, l'ouvrage s'est comme on dit choisi une niche. Et pas des plus lucratives, qui plus est (à meilleure preuve, mon exemplaire était offert pour deux titres achetés dans la même collection). Pourquoi en parler, alors ? C'est que, même en passant à côté de 90% des références qui y pullulent, la lecture en reste agréable, voire salutaire. Personnellement, chaque fois que mon optimisme et ma foi en l'homme atteignent des proportions telles que ma femme s'en alarme, j'ouvre ces écrits et j'en parcours quelques pages au hasard.
Shaw est du genre exigeant. Sur une cinquantaine d'articles ainsi piochés, je n'ai guère noté plus de deux noms ayant trouvé grâce à ses yeux. Nous sommes en présence d'un maître dans l'art de la critique, ou plus précisément de ce genre d'éloges qui vous font plus mal que la plupart des papiers incendiaires. Comme cette façon de complimenter telle cantatrice entendue la veille, et coutumière des opéras de Mozart, pour son intelligence à avoir choisi un répertoire plus en rapport avec ses dons naturels (elle y avait donné une interprétation de chansons folkloriques irlandaises). Et tout à l'avenant. Mais Shaw peut se permettre d'être exigeant. Ecrits dans une langue remarquable -et remarquablement traduite -, sans une once de compromis, ses articles restent des modèles du genre. Pas de sacrifice à l'opinion du moment. Pas de facilité dans l'argument. Une source d'inspiration inépuisable pour ceux qui se décideraient enfin à déclarer à leur entourage tout le bien qu'ils pensent de lui sans sombrer pour autant dans le vocabulaire de corps de garde.
 
FXS
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés