Deux messieurs bien sous tous rapports Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de William Corlett
 
Dans le classique petit village de la campagne anglaise, le château est acheté par un couple d'homosexuels londoniens et fortunés. Le choc de culture est évidemment plutôt rude. La littérature anglaise nous a donné nombre d'auteurs spécialisés dans les situations cauchemardesques et les quiproquos délirants, de Woodhouse à Sharpe, et force est d'avouer qu'ils s'y entendent fort bien pour vous faire déraper dans le plus qu'improbable avec le plus grand sérieux. L'auteur a clairement lu tous les classiques du genre et sait ce qui lui reste à faire. Bon, le problème, c'est qu'il n'a peut-être pas tout le détachement absurde pour se livrer à un bon jeu de massacre, comment vous dire, on sent un peu trop de vécu là-dedans, non pas que je soupçonne Corlett d'être " une folle perdue " comme il est dit dans son bouquin (il y a des traductions qui me laissent rêveur), mais il doit avoir de sacrés comptes à régler avec l'Angleterre profonde. Le résultat est plutôt décevant : pas assez méchant, des ficelles grosses comme le bras (c'est une expression que j'ai toujours rêvé de mettre dans une critique) et finalement pas très drôle. Bref, c'est pas le livre anglais de l'année, ce qui tombe bien, vu qu'il a déjà trois ans.
 
EM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés