Le choix de la viande Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Vas-y ! Dépêche-toi, vas-y !
Sors ton couteau de boucher et découpe,
Débite, partage, abats,
Découpe-toi quelques belles tranches, vas-y !
Ils sont là pour ça, tous autant qu'ils sont.
Sors-leur les tripes : Berrichons, Slaves,
Inuits et Latinos,
Tous sur ton billot.
De belles tranches, un festin pour le poète.
Découpe, dévore, digère, vas-y !
Et fais-nous rêver, ton expérience, toute cette viande
Ces appétissants morceaux de vie,
Ecris-les sur un plateau.

Et toi, là-bas, fonce ! Ne bouge pas !
Enfonce-toi, force-toi, défonce-toi,
Extirpe les vers de là-dedans, ne va pas les chercher ailleurs,
Fonce ! Enfonce donc
Un kaléïdoscope dans ta gorge,
Regarde dedans comment t'es fait
Sous un spectre rimbaldien, surréaliste ou freudien,
Un spectre introspectif.
Quand t'auras extrait tout ce qu'il y a dedans,
Tu le verras, le spectre,
Le fantôme, c'est toi, fonce !
Et quand tu l'auras vu, pense à nous l'écrire.

 
NE
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés