Insatisfaite Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
Elle a dix-huit, vingt ans. Elle est venue avec sa sœur, son frère et un ami aussi, dans ce petit restaurant pour étudiants du Quartier Latin. Tout le monde est assez serré, ça fait de longues rangées. Ce restaurant est toujours plein à craquer, même en semaine. Elle est assise face à son frère et elle a l'air renfrogné : des traits durs, un nez aquilin, des yeux noirs soulignés par de fins sourcils, peu de front, tout de suite ses cheveux, très longs, qui descendent bas, qui résument l'impression générale. Grande, fine, nerveuse, quelque chose du reptile sinueux ou du chat famélique. Ses petites fesses serrées dans son jean sont passées sans encombre entre les tables, frôlant plusieurs mangeurs mâles et femelles. Elle écoute à peine la conversation, jette des coups d'œil à droite et à gauche, s'énerve toute seule et ne sait pas quoi faire de son corps. C'est comme une démangeaison qui lui parcourt les membres. Elle a étendu les jambes, entre celles de son frère. On sent qu'elle aime bien faire ça. Son frère, plus jeune, se trouble un peu. Elle se joue de sa pudeur. Elle a le cul sur le bord de la banquette et son tee-shirt lui remonte jusqu'au nombril. Elle ne touche pratiquement pas à la nourriture. Les petites brochettes de viande, esseulées, semblent incongrues dans son assiette. Elle jette des regards furtifs à droite et à gauche. J'imagine qu'elle se demande si tous ces garçons aiment seulement leurs petites amoureuses. Savent-ils comment l'on donne du plaisir à une fille ? Ils parlent, c'est tout ce qu'ils savent faire. Pas assez mauvais garçons pour être intéressants, pour la faire chavirer, pour lui faire perdre tout ce qui retient. Ils n'ont pas la violence des vrais séducteurs, de ceux qui la laisseraient sur le bord du chemin, brisée, désespérée, mais satisfaite. Elle se gratte le nombril d'énervement. Un garçon la regarde incrédule à côté. Elle tourne la tête. Elle saisit la conversation au vol n'importe où. Voilà, ils ont fini, ils partent, et ses petites fesses bien serrées dans son jean frôlent négligement en sortant les mangeurs entre les tables.
 
DH
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés