Bestiaire Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
Admirez lea pouvoir insigne
Et la noblesse de la ligne…
G. A.

Squales dont le ventre blanc s'incorpore au dernier frisson du lit
A l'heure de l'amour et des paupières bleues
A. B.

 
D'abord LE CROCODILE vert aux yeux de rubis, qui se cache sous le lit des enfants et rôde la nuit à travers la chambre, dont le sol devient liquide. Le crocodile est énorme et froid, lent et mauvais, comme échappé de la nuit des temps.

Ensuite l'IBIS, LE HERON et LE FLAMANT ROSE, trois habitants merveilleux des lacs exotiques, aux longues échasses, à l'élégance paradoxale de vieilles marquises redevenues jeunes filles ; au plumage d'opéra, divas farouches et douces qui habitent les marécages et enchantent le ciel.

L'ELEPHANT GRIS vient après. Je le vis un jour dans une cavalcade sauvage traverser la plage d'Houlgate, soulevant des nuages oniriques de puissance et de majesté.

Suit la troupe vorace des grands fauves d'Afrique : LE LION, LA PANTHERE et le TIGRE. Leur parfum puissant fait s'évanouir les femmes. On croirait voir la lame d'un poignard ouvragé, prestement sorti d'un fourreau de velours, comme une promesse sensuelle qui finirait en sanglante dévoration.

Ferment le cortège des animaux de la savane venus peupler mes rêves de verre : LE ZEBRE et LA GIRAFE, animaux absurdes, absolument légitimes pourtant, plus que d'autres, peut-être, car d'une beauté aussi improbable qu'inutile, une beauté pure qui renvoie au seul plaisir de la création. Au niveau de l'évolution des espèces, sortes de cadavres exquis follement gracieux, véritables repos de la raison.

 
DH
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés