Un Avocat prit la parole Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
Sous l'arche de tibias
Passèrent quarante mille soldats
Armés de cruauté et de mémoire
Ils étaient pâles
Et leur étendard fumait encore
De vin chaud
Derrière eux defilèrent huit mille esclaves affranchis
Les femmes tressées
Soutinrent un vieillard chancelant
Quinze mille enfants
Et quinze mille chevreuils
Et quinze mille veaux
Couraient derrière, drapés de cendres
Un avocat prit la parole
II tressa un drapeau de fortune
Un manifeste
Mais l'oubli ne vint à personne
Le vin coula, brûla les gorges des enfants
Des chevreuils, des veaux, des soldats
L'avocat se tut
Mais la mémoire se fit plus vive encore
Plus sourde et plus cruelle
 
NE
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés