Murs morts de la ville Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
Je vous entends mal
Et je ne vous comprends qu'à peine
Car en dedans de moi je me suis évanoui
Et j'ai disparu en dehors de moi-même

Dans le cadre où se projettent mes pensées
Sur les murs morts de la ville
Des gestes automatiques animent la masse
Visions du dedans
Pulsations sourdes dans la matière inerte et neutre

Mon esprit traverse un espace de toits
Et s'éloigne ostensiblement de moi
Subjugué par l'image nue d'une arrière-pensée
Par l'icône de la façade grise
Chair vivante sur les murs morts de la ville

 
DH
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés