Pourtant, la ville est toute grise Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

à Ronan Hervouet

 
II est maladroit de dire que
"La solitude lui pèse"
Ou
"Le ronge".
II est sans doute préférable
-Esthétiquement comme scientifiquement-
De supposer que
"La solitude le grise".
C'est la couleur dominante de la ville

(Minsk)

Qui veut ca.
Elle le grise parce qu'il n'est pas seul :
Avec Vadim, il a bu du vin de France.
Ils n'ont rien compris des paroles de l'autre
Mais Vadim lui a posé la main sur l'épaule.
Quand il raconte,
II a sur le front de drôles de plis,
Un regard et des dents comme des mains sur l'épaule,
II te secoue, pour que tu comprennes,
Et il a ce gloussement mal contenu des bacheliers avec mention.
Si tu ne comprends pas grand chose
Et que tu lui poses la main
Sur le front,
Ce n'est pas grave.
Dans la ville grise aux constructions grises,
Aux eaux grises,
La solitude le grise.
II sait que

Vadim

Lui a posé la main sur l'épaule.

 
NE
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés