La Pleureuse Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
La pleureuse suintante
Caquette sur la dépouille tiède, serres plantées en chair.
Sa larme, poussiéreuse goutte de venin,
Roule en une lame.
Peut-être est-ce un enfant qu'il a fallu saigner,
Egorger comme une volaille,
Et elle serre plus fort.
Sa larme burine à présent la boue
En quête de souffrance.
Le sapin ne fleurit pas, même dans les cercueils vides,
Puisqu'il n'y a qu'une misère
Et qu'elle caquette encore.
Et pourtant,
Pourtant elle avait reçu la consigne.
Elle n'était là que pour pleurnicher,
Elle n'était venue que pour faire semblant.
 
NE
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés