Comptine à Nault Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
Près d'un château sans châtelaine
Chantent trois gouttes de piano
Trois contes à gouttes sur cette plaine
Où s'est perdue l'ombre de Nault

Emeraldine
Douce et sans heurt
Timbre marine
Soir de couleur
Pleur des histoires que nos amours dessinent
Silhouette d'eau
Posée comme l'or sur un son de piano.

Troublant le monde
Son trublion
Son cœur de fonte mort
Sans passion.

Océanémone
Sourde et lourde crie
Presque aphone
Ciel sans jour
Sous l'or et l'eau décor que l'on façonne
Rire d'ébène, nuit de départ, sans personne
Sans retour.

Mais le trouble monde
Son cœur de fonte mort
A tué Nault déjà
C'est sa passion

Elfélénuolle
Caracole et scintille
Haute comme une vrille
Dans un saut de l'éther s'éparpille et s'envole
D'air et d'argent luciole
Blanche limpide, et folle.

Nault gisant
Décimé
Son cœur de chair dans la fonte, coulé
Tel un monument.

 
FXS
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés