Oiseaux de proie posés sur la rive Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Silence. Son coeur arrive
Engoncé de diamants et de pierres précieuses
Tandis que ses amants pleurent sur l'autre rive
Il entre dans les cieux.

Amante d'un saint
Pendu voici mille ans qu'elle brûlait de revoir
Chaque jour sa main douce esquissait sur mon sein
Un au revoir

Hier, elle s'est enfuie
Douze fois mariée elle n'était à personne
Libre, elle ne prit que son coeur, mais laissa sa vie
Aux autres hommes.

Ils ont franchi le fleuve
Son sourire de mère et son amour d'or pur
Se donnaient à un saint. Morte, elle était neuve
Lui, le regard dur

Et nous, pauvres humains
Qu'un saint cambriolait, nous, volés par un mort
Par un béat pendu, nous n'avions dans nos mains
Plus que son corps.

Son cul de rêve
Et ses seins, diamants bruts, noirs, fermes, un peu rugueux
Voyant notre héritage, le saint homme, plein de fièvre
Jura contre Dieu.

 
FXS
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés