Une extension de l'hypertexte Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
Trêve de baratinages. Place à l'action.
Qui ne parle pas des fantastiques possibilités de l'hypertexte pour révolutionner nos techniques d'écriture, qui après 3000 ans de bons et loyaux services, atteignent peut-être leurs limites ? La moindre page perso utilise des cadres, ces cadres-sommaires ne constituent qu'une expédient technique de réaliser un sommaire. Et le sommaire est un outil que l'on connaît, que l'on maîtrise depuis des siècles. C'est un peu réducteur, comparé aux possibilités de l'hypertexte.

Chose promise , chose due. Borges a inventé l'hypertexte, c'est désormais officiel (au moins sur KaFkaïens). Il a même réussi à inventer les liens hypertextes multiples, du moins en théorie. Et vous avez devant vos yeux ébahis (que nos amis mal-voyants qui nous lisent par milliers m'excusent de l'expression (à propos, avez-vous eu une pensée pour notre maître es-humour, Desproges ?)), devant vos yeux, donc, la première (et c'est une exclusivité mondiale !) mise en oeuvre du rêve borgesien : l'explosion analogique, la combinatoire totalisante, le langage ouvert, bref le lien hypertexte multiple.

On papote, on papote, mais mine de rien, les plus curieux d'entre vous ont testé en direct les premiers liens multiples. Je m'explique.
Je lien sur "Chose promise" est un lien simple, de ceux qui truffent la toile. Un lien qui relie un point (un texte) à un autre. Et à un seul autre.
Alors que le lien sur Borges, lui, renvoie à tous les textes de KaFkaïens qui citent ce bon vieil écrivain. Bref, à partir d'un seul mot, on peut ouvrir le point de vue (liens multiples), au lieu de le resserrer.

L'intérêt de cette présentation réside aussi ans la possibilité de laisser le choix au lecteur. Il peut poursuivre sa lecture linéaire, sans s'occuper du lien qui lui tend les bras. Ou bien, il peut aller y jeter un oeil, sans perdre le fil de sa lecture. Le cadre en bas à gauche de votre écran contient la liste des liens que l'auteur vous propose. Il est possible de leur associer un résumé, et c'est le lecteur qui choisit le texte qui l'intéresse. L'affichage de ce texte dans un cadre de la même fenêtre est optionnel. Il permet de "feuilleter", et de savoir si le contenu correspond bien à celui suggéré dans le résumé.

La puissance de ce procédé n'est autre que celle de l'analogie. Cette phrase un peu pompeuse n'est là que pour placer un lien multiple sur le mot analogie.
Ce texte illustre la technique qu'il présente, il occupe donc une position méta (j'aime bien ce mot). Et par ce petit mot, je vous renvoie allègrement vers deux autres textes de KaFkaïens qui traitent aussi de position méta.

Par un mot, un texte est relié à plusieurs autres textes, comme Borges le suggérait dans ses nouvelles. On obtient réellement des liens hypertextes multiples. Ce texte-ci s'étend naturellement vers d'autres textes en analogie, et finit par leur céder la place...

 
LN
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés