Les nouveaux Internautes Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
Ce document est un fragment de l'article intitulé l'Accès au savoir sur Internet.
 

Qui sont les nouveaux venus sur Internet ? En majorité des personnes du grand public, attirées par le battage effectué autour du nouvel outil de communication. Sans rentrer dans le détail de leur répartition sociale, on sait que cette nouvelle génération d'entrants sur le réseau est généralement aisée, d'âges et de profession très divers, mais qu'elle fait preuve d'assez vastes lacunes concernant le maniement de l'informatique et surtout des concepts du réseau. Attirés par la lumière en quelque sorte. Parallèlement, le flux de connaisseurs (relatifs) restent relativement constant (c'est à dire qu'il augmente avec la croissance de sa population), qu'il s'agisse des étudiants ou des nouveaux travailleurs (i.e. travaillant dans un domaine lié à Internet).

La population qui vient à Internet par son travail ou par ses études n'est pas celle qui a le plus de problème à utiliser le réseau : les nouveaux arrivants sont formés par leur ainés (professeurs ou collègues de travail) et possèdent donc une idée de ce qu'est le réseau avant même de l'utiliser. Ils savent ce qu'ils peuvent trouver, et ils connaissent avec plus ou moins d'acuité les moyens de trouver l'information qui les intéressent. Certains n'utilisent le réseau que pour la stricte application de qu'on leur enseigne (ou demande) et ne pensent pas à y trouver d'autres informations, par exemple relatives à leurs centres d'intérêts. Ceux-là n'ont peut-être qu'une version limitée du réseau. Mais la majorité ont une vision globale de ce qu'est le réseau qui leur permet de comprendre les tenants et les aboutissants d'une recherche fructueuse ou infructueuse, et de la validité ou pas d'une information.

Les personnes du grand public qui viennent à Internet pour tous un tas de raisons sont d'abords des cibles publicitaires : le fournisseur d'accès qui va leur permettre de connecter leur petit ordinateur (voire de leur fournir un ordinateur connecté) pense avant tout à les rendre captifs de son portail, dans lequel il peut distiller à loisir publicité ciblée et offres alléchantes.
Pour cela, le fournisseur va rendre disponible à travers ses interfaces les services d'Internet : client mail personnalisé, moteurs de recherche, forums de discussion...

Et le but est atteint quand l'internaute pense qu'Internet, c'est justement le portail de son fournisseur. C'est le cas de la majorité des internautes. Et cela correspond à un travestissement de la réalité : plus qu'ailleurs, les acteurs commercial du réseau jouent sur le non-dit, sur l'aspect mystérieux de la technique et sur l'ego des acheteurs pour leur imposer des contraintes dont ils pourraient s'affranchir. Le petit garagiste qui volait son client en ne précisant pas les effets secondaires d'une réparation, en s'abritant derrière la mécanique ou en affirmant abusivement la supériorité d'un modèle n'est pas si loin que ça ! En fournissant des solutions captives, les fournisseurs privent même l'internaute de découvrir qu'il est captif : il aurait tôt fait de réclamer sa liberté, comme les clients du premier fournisseur d'accès, dont les mails ne pouvaient passé un temps qu'être échangés entre internautes passant par ce fournisseur. Il s'agissait là d'un véritable tentative d'accaparation du réseau grand public.

Pour changer cet état de fait, il faudrait que les internautes puissent comprendre ce qu'est le réseau auquel ils se connectent autrement que par les explications de leurs fournisseurs. Dans une société qui se voudrait dotée d'un futur numérique, c'est évidemment aux politiques de remédier à cela. L'école nous apprend par exemple à comprendre les mécanismes du monde, et à savoir reconnaître les charlatans qui viennent ensuite nous vendre du faux ou du miraculeux : elle devrait faire la même chose pour ce qui est peut-être le futur de notre société. Nouvelle jungle marquée de l'empreinte du plus extrême des libéralismes, Internet attend encore sa révolution laïque et humaniste.

 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés