Représentation des savoirs sur Internet Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
Ce document est un fragment de l'article intitulé l'Accès au savoir sur Internet.
 

Le Corpus d'information sur Internet est extrêmement important, parce que la structure même du réseau n'exerce aucun contrôle sur la répartition et l'organisation de cette information. Dans cette anarchie, seules les règles techniques de fonctionnement sont fixées : cohabitation des protocoles, nommage des sites, formats de données sont des exemples de règles qui régissent chaque jour notre rapport au réseau. Mais il n'existe pas de structure globale pour représenter l'organisation de l'information.

Nous savons que les liens lient entre eux les sites sur Internet. Dès lors, l'élément le plus simple d'indexation est la liste des liens qui mènent d'un site donné à une série d'autres sites. Qui n'a jamais apprécié la liste soigneusement établie d'un passionné, où l'on découvre de nombreux sites pertinents, ou bien la liste des ressources proposée par un ministère public ? Cet élément d'indexation est parfois riche, parfois très réduit, mais il n'est évidemment pas un index du réseau : peut-on imaginer que l'enchaînement de ces éléments dessine une sorte de liste de liens qui pourrait être considérée comme un index ? Evidemment non, puisque la croissance de cette méta-information est soumise aux mêmes règles que l'information : croissance non-contrôlée, non dirigée, sans exhaustivité.

Cette absence d'index n'est pas un gage d'efficacité et de créativité comme le sous-entend la rhétorique libérale. Si les créateurs de sites qui apportent richesse et nouveauté à Internet avaient les moyens de promouvoir rapidement leur site grâce à un index, ils se précipiteraient dessus plutôt que de devoir engager la longue et fastidieuse opération de référencement.
La définition d'un index est d'ailleurs un sujet récurrent, et les échecs relatifs des fondateurs du réseau (par exemple le système Gopher, et son index Veronica) n'empêchent pas les nouvelles tentatives, souvent très riches et précises (par exemple, le projet Open Directory) mais dont aucune ne comporte les principales caractéristiques d'un index : être exhaustif et transparent (donc de caractère public). Par ailleurs, les bibliothécaires regroupés en association (anglophone) promeuvent des entreprises visant à établir l'index le plus large possible, tout en reconnaissant que l'exhaustivité n'est pas atteignable.

Pas d'index sur Internet signifie également que l'on est incapable de connaître la répartition des savoirs sur le réseau. Il ne faut pas être grand clerc pour deviner que l'information prépondérante est sans doute de nature informatique. Les informaticiens aiment bien se regarder le nombril numérique. Mais peut-on connaitre à un instant donné la quantité d'information relative à la médecine, à la physique quantique ou à la fabrication de yaourt ? Non, évidemment. Savoir ce que l'on peut trouver sur le réseau, connaître sa géographie sont des gageures. La cartographie du réseau donnent d'ailleurs naissance à de très nombreux projets.

Nous ne savons pas ce qui est sur le réseau, et nous ne savons pas si ce qui y est est pertinent, valide, biaisé ou pas. Comme nous l'exposions dans l'article consacré à la pertinence de l'information sur Internet, le réseau manque cruellement de référents de confiance.Comment apporter foi par exemple à un article trouvé sur le serveur d'une université ? Le simple nom du serveur de l'université n'est pas équivalent à son imprimatur pour les documents écrits : les révisionnistes de l'université de Lyon publient par exemple sur leurs espaces personnels de serveur des thèses qu'ils ne peuvent pas publier avec l'estampillage de l'université.

Ce qui manque à la consultation sans distinction d'information, c'est souvent le background culturel qui permet de juger : dans une bibliothèque, il est toujours possible d'obtenir un conseil pertinent, mais sur le réseau ? Je ne dis pas qu'il n'est pas possible d'avoir une aide, puisqu'il en est du réseau comme de toutes les ressources d'informations : un document trouvé peut toujours être soumis à la sagacité d'un professeur, d'un ami, d'un collègue, voire d'un inconnu sur un forum. Mais pas plus que vous il ne pourra juger de la pertinence de l'information, quand un bibliothécaire sait lui d'où viennent les ouvrages qu'il vous commente.

 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés