Que faisons-nous de l'Internet ? Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Il y a plus de trois ans, on parlait déjà du Web indépendant. On en parlait déjà par opposition au Web commercial. On disait déjà qu'il aurait du mal à survivre face à la pub, aux sites de vente, etc. Ce que l'on craignait le plus, c'était la montée de la pub. On nous polluait notre Web.
Pour beaucoup, à cette époque déjà lointaine, le Web était un moyen incomparable d'accéder à la connaissance, de rencontrer des êtres humains, de partager des idées. Mais il y a seulement deux ans, les sites culturels et universitaires ne représentaient plus que 10 % du temps total passé sur Internet. Mi-2000, ce chiffre est tombé à moins de 2 %.

Depuis, la pub a tout envahi. Les méga groupes de communication, à coup de fusion et d'échanges d'actions se sont répartis le gâteau. Même la pub, ce que l'on craignait le plus il y a quelques années, est entrée dans les mœurs.
Et ce n'est pas grave.
Il n'y a pas d'autre moyen viable de financer certains sites. Même si imdb.com (Internet Movie Database) appartient désormais au monstre américain Amazon, même si on s'y fait abreuver de pub, c'est quand même la plus grande base de données sur le cinéma dont on puisse rêver. Et ne fantasmons pas trop : un tel site, bien qu'initié par des bénévoles, ne peut pas fonctionner sans argent. Non, je le répète, ça, ce n'est pas trop grave.

Ce qui m'inquiète le plus, c'est que le Web est en train d'avilir les internautes. On peut dire ce qu'on veut de la télé, mais parfois, le Web peut la dépasser en connerie. Avec un "business model " fondé sur le nombre de visiteurs, certains sites vont tout faire pour faire grimper l'audience. Je ne prendrai que deux exemples.
En Allemagne, un site a grimpé dans les scores d'audience en quelques jours. C'est le site de l'émission de RTL2 "BigBrother". Le principe est simple : un groupe d'étudiants est logé dans une maison truffée de Webcams (même dans la salle de bains...). Pire, les abonnés ont même droit à la caméra infrarouge dans les chambres. A lui seul, ce site a fait doubler le nombre d'utilisateurs de RealPlayer ! On a flatté les penchants voyeuristes de nos amis teutons, et malheureusement, ça a marché. Ils sont venus par millions se rincer œil, malgré les temps de connexion, la piètre qualité et l'insupportable banalité des images. Toutes les semaines, les internautes décidaient quel étudiant serait viré.
Eliminer les moins performants, ça n'a pas des relents de déjà-vu ?
Le deuxième exemple joue avec notre côté vénal. Comme je le disais, la plupart des boites Internet sont valorisées par leur nombre de visiteurs. Poussant le raisonnement à son paroxysme, certains sont prêts à payer les internautes pour qu'ils voient leurs pubs. Et ça devient complètement délirant. On voit fleurir les loteries gratuites, où l'on peut gagner des paquets de fric sans miser un rond, juste en cliquant sur une pub pour valider sa grille ! Pire encore, les programmes de fidélisation. Là vous êtes payés en fonction du nombre de sites partenaires que vous visitez. On voit même surgir une nouvelle monnaie, que vous pourrez dépenser sur les sites affiliés !
Les internautes vont-ils surfer uniquement en fonction de ce qu'ils peuvent gagner ?
Comme on est loin du rêve de la culture universelle à portée de clic !

Comment sera l'Internet dans deux ans ? Si les analystes financiers n'ont pas compris d'ici-là que chaque internaute est valorisé dix fois, les programmes de fidélisation, les "payés pour surfer", etc. auront une place énorme dans le PIF (Paysage Internet Français).
C'est peut-être ce qui nous permettra de surfer avec des ISP gratuits.
D'un côté, on aura une façade, une légitimité de sites culturels, mais au fond, on trouvera les pires merdes que l'on puisse imaginer ! De l'autre (le nôtre !), on supportera ça, mais au moins on pourra surfer...

LN
 
P.S. : comme je bosse sur Internet, je tiens à préciser que mes propos ici n'engagent en rien la société qui m'emploie.
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés