Les Oeuvres Hypertextuelles Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Dans ce court texte, nous voulons préciser les différents éléments constitutifs des oeuvres hypertextuelles (OH) telles que nous les concevons, pour inscrire dans un cadre général les différentes réalisations que nous vous présentons dans l'Atelier.

Une oeuvre hypertextuelle est une collection de contributions, liées entre elles par des liens hypertextes (au sens internet du terme). Les contributions ont n'importe quelle forme affichable sur un écran, encore une fois au sens internet du terme. Par exemple, les contributions peuvent être du texte, des images , une vidéo, du son. L'ensemble des contributions s'appelle le corpus. Par lien hypertexte, on entend lien permettant de passer physiquement d'une contribution à une autre, sans préjuger des aspects thématiques, sémantiques ou formels qui lient l'ensemble des contributions entre elles.

La navigation dans le corpus n'est pas nécessairement linéaire, ni juxtaposée: plusieurs contributions peuvent être affichées en même temps. La navigation dans le corpus dépend de la topologie des liens. L'établissement de cette topologie associé à la construction du contenu détermine l'approche de l'oeuvre, telle qu'elle est souhaitée par l'auteur (ou par l'architecte pour les oeuvres collectives) pour le lecteur. Cette étude topologique, liée à une étude mathématique des graphes, ne nous concerne pas dans un premier temps : nous nous bornons aux oeuvres hypertextuelles dont le parcours n'est pas un élément déterminant le contenu (autre que par la valeur formelle ou sémantique des liens).

Le point d'entrée de navigation dans le corpus n'est pas nécessairement unique. Il peut l'être, ou bien il peut être déterminé au hasard, ou bien il peut être n'importe quelle contribution du corpus. Ce mode de définition du point d'entrée est notre premier critère de classification. Nous distinguons les OH à entrée unique des OH à entrée indifférenciée.

Une OH peut être le fruit du travail d'un ou plusieurs auteurs. Dans le cas d'un travail collectif, on peut différencier les oeuvres où chaque auteur apporte une et une seule contribution de celles où le nombre de contributions est libre (ce choix de répartition est plus une contrainte qu'un choix artistique). Nous distinguerons seulement les OH personnelles des OH collectives.

Il nous semble important de préciser que les contraintes que l'on peut imposer lors de l'élaboration de l'hypertexte sont plus étendues que les contraintes classiques littéraires. On retrouve en effet tous les types de contraintes sur les contributions elles-même, auxquelles il faut ajouter les contraintes portant sur les liens et sur le corpus. Nous utiliserons largement les contraintes dans nos essais, notamment pour les OH collectives pour lesquelles les contraintes permettent d'établir un cadre minimal nécessaire pour mener à bien un projet incluant de multiples personnes.

Le choix des thèmes de l'OH peut porter sur l'ensemble du corpus (chaque contribution suit le canevas minimal d'un thème général) ou sur chacune des contributions. A la réflexion, le choix de la portée du thème est intimement lié à la nature collective ou non de l'OH et au but poursuivi. Nous distinguerons de manière mécanique les OH ayant un thème général et les OH ayant autant de thèmes différents que de contributions.

Les contributions peuvent avoir plusieurs formes. L'environnement multimédia de nos équipements informatiques permet d'envisager toutes les formes d'expression. Nous posons tout de même une limite : nos contributions doivent pouvoir être diffusées par Internet, ce qui restreint notamment l'utilisation de contributions trop volumineuses (films, son, images) en terme de taille de fichier informatique.

Les liens caractérisent l'aspect hypertextuel de nos OH. La topologie des liens détermine la navigation. L'établissement d'un lien relève de deux mécaniques distinctes. Soit le lien est formel (exemple : à la fin d'une contribution, suite numéro 1 ou suite numéro 2), soit le lien est sémantique (exemple : dans une contribution, un concept renvoie à une autre contribution ayant ce concept pour thème). Nous distinguerons les OH à liens formels des OH à liens sémantiques.

La répartition des thèmes, la forme des contributions, la topologie des liens relèvent d'un choix d'écriture, ou, pour ce qui nous concernera le plus souvent, d'un choix de contraintes.

 
A titre d'exemple, les OH publiées dans KaFkaïens ont les caractéristiques suivantes :
 
Quatre :
OH collective à contrainte de thèmes multiples, à liens sémantiques contraints et à entrées multiples.
 
Le Bouclage :
OH collective à thème général, liens sémantiques et entrée unique.
 
Cinq milliards de bugs pour l'An 2000 et Sud :
OH personnelles à thème général, liens sémantiques et entrée unique.
 
La Pomme :
OH personnelle à thème général, liens formels, entrée unique et influence du parcours sur le sens (concept de nouvelle arborescente).
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés