Le Bouclage - Théo 7 Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Récapitulons. Martin est là. Logique. Nous sommes chez lui et personne d'autre que lui n'a la clé. Ca se déduit tout seul. Le visuel est redondant.

Ctrl-V est là. Pour lui aussi, l'information visuelle est redondante. Pour être plus précis, je dirai qu'il y a redondance d'information visuelle. Depuis mon entrée dans cette pièce voici 30 minutes, il n'a pratiquement pas quitté mon champ de vision. Il n'a pas cessé soit de me sourire, soit de rire à certains de mes propos, sans raison apparente. Il doit s'imaginer que je suis drôle. On n'a pas dû l'informer que je n'ai pas d'humour. Je ne comprends pas pourquoi il se comporte comme cela. Le plus probable est qu'il attend de moi quelque chose de particulier. Il calcule qu'en occupant ainsi mon espace d'information, il accroît les chances que je lui accorde cette chose. Comportement déjà observé chez d'autres êtres organiques. Illogique, mais organique. Nous pouvons partir de l'hypothèse que le raisonnement des Vénusiens repose sur les mêmes bases que celui des Terriens.

Margot est là aussi. Elle, en revanche, et conformément à son habitude, est hors de ma vue, sauf si je l'oriente sur elle à dessein. Et même ainsi, elle s'en écarte rapidement. Tout l'opposé de Ctrl-V. Nous en déduirons que ses mobiles sont également opposés. Mais quel est le contraire de " vouloir quelque chose de quelqu'un " ? Ne rien vouloir de quelqu'un ? Vouloir quelque chose de personne ? Vouloir quelqu'un de quelque chose ? Vouloir donner quelque chose à quelqu'un ? Ne pas vouloir quelque chose de quelqu'un ? Hypothèse la plus probable. Margot désire que je ne lui accorde pas quelque chose, ou que je ne fasse pas quelque chose. A mettre en rapport avec nos débats houleux des dernières semaines. En se tenant à l'écart, elle signifie qu'elle s'oppose à l'automatisation du journal. Voilà comment la logique peut comprendre l'humain. C'est ... beau. Oui. Beau. Seule définition du mot que je puisse intégrer. Beauté = victoire de la logique sur l'organique.

Tout de même. L'organique a sa logique. Ainsi : Margot me désigne comme l'artisan de l'automatisation. Or, nous sommes deux dans ce camp : Martin et moi. Mais c'est à moi seul qu'elle envoie les signes de son désaccord, car Martin est rédacteur en chef. Le seul qui puisse, au final, accepter l'un de ses articles manuscrits. Celui qui détient le pouvoir. Elle ne se confronte pas à lui. La défaite serait assurée. Le combat n'a donc pas de sens. Elle cherche à l'attirer vers elle, de manière à renverser le rapport de force qui joue pour le moment largement en ma faveur. Logique. Dans les buts, du moins. Car pour ce qui est des moyens ...
C'est incompréhensible. Pourquoi n'argumente-t-elle pas ? Mais elle ne lui parle presque pas de la question. Elle lance le sujet sur tout autre chose. Elle parle des épopées. Lui en explique la " beauté ". Elle dévoile davantage sa poitrine. Elle rit à ses propos. Comme Ctrl-V aux miens. Tiens ! elle lui touche le bras. Elle cherche à se rendre sexuellement attirante. En quoi le fait de provoquer chez Martin une pulsion sexuelle donne-t-il plus de poids à ses arguments ? Pense-t-elle obtenir ainsi qu'il décide du retour aux anciennes méthodes ? Seigneur, j'espère que sur ce point, Terriens et Vénusiens ne se ressemblent pas ...

Non. Aucun signe de dénudement chez le stagiaire pour le moment. Comment dois-je réagir s'il se met à son tour à me toucher ? L'a-t-on informé que je n'avais pas non plus d'organes sexuels ? Non que je ne puisse m'en servir. La mécanique en est très simple. Rudimentaire. Le vieux principe du cylindre et du piston. D'un côté un membre télescopique et coulissant, de l'autre une gaine lubrifiée fonctionnant sur thermostat. Je pourrais même me servir des deux en même temps sans difficulté. Le véritable problème, c'est le contexte de déclenchement de la procédure. Ca obéit à un code dont la complexité dépasse de très loin mes capacités de mémoires et/ou de jugement.

Bon. On va peut-être pouvoir se mettre à travailler. La commande de ghiezzas ne devrait pas tarder à arriver. Dans trois minutes, nous pourrons exiger le remboursement. C'est notre droit. Pourtant, à chaque fois que je le réclame, ça ne provoque que des rires. Je reprendrais bien un verre de cette huile. Un peu forte, mais fameuse. Cinq ans de décantation dans un fût en fonte. Bon dépôt de rouille. On retrouve des senteurs de 8 cylindres, de pot de vidange. Un peu tiède. Je pourrais la faire chauffer une demi-minute.

Ca discute. Ca rit. Pauvre Ctrl-V. La sorcière ne lui a pas encore adressé la parole ! et Martin est trop occupé maintenant pour seulement le remarquer. Je devrais lui parler. Mais je ne sais pas quoi lui dire. Si seulement on pouvait se mettre au travail. Mais ça se terminera probablement comme toujours. On bouclera le numéro à deux, la livreuse et moi. On dirait qu'elle nous chronomètre. Comme si elle attendait pour arriver avec les ghiezzas que les autres aient déjà trop bu pour pouvoir faire quoi que ce soit. De tous les organiques, c'est elle qui a le plus de mots à son actif dans le magazine. Et elle n'est même pas dans la galerie des auteurs. Allez. Encore un petit verre d'huile. Faut bien se chauffer les circuits avant de dire à c't'abruti de Vénusien deux mots qu'il puisse comprendre. De toutes façons, il en reste encore 4 bouteilles. Et je suis le seul à en boire, alors ...

 
ohoui@kafkaiens.org vos réactions ahnon@kafkaiens.org
  KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine