Turista Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Sur mes pattes drapées d'un short beaucoup trop grand
Je contemple à la course les merveilles du monde.
Je suis reconnaissable dans la foule qui abonde
A l'appareil photo, au ventre proéminent.

C'est que j'incarne un mythe qu'il me faut respecter
Suivre certaines règles, m'habiller comme ceci,
Arborer crânement ma morgue, car je suis
Du touriste impudent l'avatar sanctifié.

De mon rôle attitré je porte l'uniforme
Chaussures de sport siglées, short colonial kaki
Banane en bandoulière, tee-shirt "I love Paris"
Et sur mon crâne vide, je pose un bob informe.

Je me déplace en bande, en meute, en horde, en troupe
En couple quelquefois, mais j'ai toujours envie
De trouver mon semblable, et d'être en compagnie
Des gens de mon pays qui voyagent en groupe.

Parfois discret, toujours présent, luxueux et beau
Parfois si monstrueux qu'il pend entre mes cuisses
J'exhibe aux yeux de tous mon fidèle appendice
Ma béquille mentale, mon appareil photo.

Je prends tant de photos que je passe parfois
Plus de temps au viseur que les yeux grands ouverts
Toute cette technique qui coûte très très cher,
Pour immortaliser Bobonne à l'Alhambra.

Ce qui est important dans tous ces grands voyages
C'est pas les gens du cru ou les villes ou les drames
Mais tout ce qu'on peut voir du fond d'un bus pullman ;
Au fond tout ce que j'aime ce sont les paysages.

Au pied de Notre-Dame, ou dans la ville éternelle
Les vendeurs, les gamins me gâchent un peu la vie
Ces mendiants, parasites, moi je les congédie
D'un revers de la main et je rentre à l'hôtel.

Avant de prendre un bus pour visiter les sites
Il faut bien me laisser prendre un peu de repos
Alors je parlerais de ma bagnole, de mes impôts
Insensibles aux merveilles, aux trésors, aux mythes.

Merveilleuse période que l'ère des transports
Qui métisse les peuples, et qui partage ainsi
Les cultures et les hommes, hélas qui a aussi
Répandu sur le monde la masse des butors.

 
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés