Il brume sur le Mont-Royal Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
 
Il brume sur le Mont-Royal
 

Ce matin il brume sur le Mont-Royal
Le lac des Castors a gelé
Le coteau s’accroche à nos pieds,
Déjà je vois les balançoires
Et je cours, enfant, m’y asseoir,
mes bottines enneigées.

Il brume ce matin sur le Mont-Royal
Je descends en glissant
Longeant les barreaux du cimetière penché.
Je m’assois Côte-des-Neiges
Près du fleuriste emmitouflé.

Oui il brume ce matin,
sur les croix en croix,
les pierres tombales en crocus
les noms glacés.

 
BS
 
*
 
Je me dresse
 

Je ne respire plus que par des soupirs,
Des instants d'apnée étirés par mes faiblesses
Je ne reviens que par tes mots qui me tenaillent
Offrandes, sur les récifs de tes tendresses.

Rien ne me tient plus que le fil
Qui déjà s'effiloche,
Qui déjà se défait
perdant prise sur mes membres ductiles.

Je déverse des consonances,
mes lèvres en vulves mûres,
je sussure,
des échos pétrissables se hissent hors de ma bouche
par sursauts.

Mes visions fendues en paupières
s'entrouvrent, craintives, à la lumière.
Les peuples de mes nuits fourmillent sans trêve
En s'agrippant, hérétiques, à mes rêves.
Bercée dans l'incertitude d'un lointain paradis
Je me dresse, armée, pour combattre la vie.

 
BS
 
*
 
Les fraises
 
Je suis sortie en jupette avec l’odeur du savon collée à la peau, quelques poils de chat sur le revers de ma blouse et les cheveux en désarroi. Les rues étaient pleines de gens, de trottoirs, d’édifices et de sirènes, je me sentais chez moi. J’habitais ce monde peuplé de cauchemars et de rêves, et je me vautrais dans les échappements de fournaises et les bouffées de trous d’aérations . Je roulais pleins gaz sur ma mobylette et cueillais au passage des fraises en capturant les papillons.
 
BS
 
*
 
Les mots
 

Tes mots se penchent suavement
Ils me couvent paresseusement
Puis s’animent
Colibris,
Se débattant éperdus
dans les mailles de mon étreinte.

Les mains aux doigts gourds se pressent
Essoufflée

je murmure
Sourdement sous ta caresse.

Perforée par ton regard
Eventré,
mon ventre en nénuphar
Mon lilas en fleur
épanchant buvard.

 
BS
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés