Le livre du soleil Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 

Certains embarquent pour le désert avec Rimbaud et l'inconnu. Celui dont personne jamais ne parle. L'oublié tient une valise et marche seul, enfant intouché, sauf du vent, qui lui donne la caresse des jours et ignore les mots. Il en arrache le voile. Se sait nu.

Quelques pas dans les ruelles déplissées d'un ksar où il apprend à se taire, courbé sur la flamme de son corps. Moite. Ardent. Il emporte l'atmosphère, retourne au ventre de la mer de sable pour y boire d'anciennes formules. Il les déchiffre à force de soleil.

Le vaisseau invisible de cet homme qui part s'inscrit dans un mirage, au milieu de vous. On ne le distingue pas et pourtant il existe, embrase l'horizon de vos gestes lents. Incandescent, il porte votre mémoire et chasse en lui la banalité qui hante les miroirs. Il retrouve l'eau profonde, la sève de l'acacia des mots. Il incendie le verbe, met à nu la beauté, lui fait un enfant en lui.

Lorsque vous vous retournez parfois, dans une rue au parfum de Sahara, son mouvement imperceptible laisse sur votre peau un signe infiniment léger. Un instant vous désirez le toucher, matérialiser sa vie car vous souffrez du manque, cherchez en vous le sens de vos pas, la raison de votre choix et ce que vous devenez dans l'instant qui vous survivra. Vous le désirez...

Un instant vous emplissez vos poumons de l'eau d'avant votre naissance, au début de vous, et les images s'éveillent, montent à la surface. Un instant vous découvrez cet homme qui vous contient tous et tend son corps vers le soleil. Il claque au vent comme une flamme puis s'envole et mêle sa couleur aux dunes des murs de la cité. Le temps vous regarde l'aimer. Même disparu, il est en vous, le parchemin du monde. Sur sa peau, les crayons du soleil tracent la marque de ce que vous aimez vraiment.

De vos vaisseaux de pas, vous commencez à construire un pont. Les graines de vos âmes au delà, sur le cercle blanc de l'horizon découvrent l'eau de la mémoire.

Vous avez tout le temps. Votre vie déroule un tapis volant et danse.
Le désir ouvre vos mains, vos yeux, votre voix, quand s'écrit au monde, le livre du soleil.

 
MDS
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés