Vis-à-vis
 

Les appartements désertés résonnent lugubrement des échos étouffés des anciens occupants qui ont du s'eclipser pour fuir la vendetta irraisonnée des familles des étages ultimes.

Au-dessus de la Pharmacie, plus un bruit. Sur la Brasserie, le silence.

Les tapis profonds des escaliers anciens étouffent souvent les cris de haine, comme le stuc passé des halls d'entrée a su réverbèrer les injures jusqu'aux portes fermées. Hélas, dans les appartements médians, plus personne ne s'aime et Paris semble mort.

 
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés