Musique du vivant Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
"Vous dites que je suis double,
mais non je suis immense...
...je ne suis pas dans la société,
je suis dans la nature."

Drieu la Rochelle
 

Sortilège du vivant. Mouvement d'être. Je te prononce de haute-voix, dedans, et tu me viens. Sans hâte, tu peins au bord des regards qui écoutent tes cathédrales de couleurs, ces vitraux en morceaux de ciel j'aime.

Luth de mots, à capella. Par les voix centaures, des flèches de notes infinitives visent, appellent les éléments.

Jour dans le contre-jour. La nuit coule sur mon visage une musique. Elle me pleure parfois comme si je n'étais plus, comme si mon nom remontait à la surface de quatre siècles. Beau voyage déroulé. L'image du miroir rapporte le passé dans la pierre, pour l'incarner en corps.

Rien n'a plus d'importance que ce contact impalpable d'écouter. Il noue le toucher au toucher. Nos signaux baroques, lamés usant les yeux de beau, parfums de peau jouant à relier les âges. Si puissants, lourds d'années et de cris, dansant les mains sur nous. Je remonte en eux la contredanse d'un temps tournoyant.

Tourbillons de feu dans le corps d'un luth empli de mots. Courant profond d'une musique scandée de pensées qui voyagent, transitent en nous, quand le toucher d'être devient aimer.

La nuit, tous les chants sont vies
dans le vent
quand nos bras qui s'ouvrent deviennent les ailes du vivant.

 
MDS
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés