Végétalité Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
 
Cèdre
 

O mon cèdre élancé, sous ton feuillage dru,
Sur le dessin noueux sinuant ton écorce,
Sur les volumes enfuis de ton tronc, de ton torse
J'ai pressé le désir de ma main éperdue.

J'ai caressé tes feuilles et ta fleur odorante
Et sous tes frondaisons tout mon coeur animal
A ton contact charnu devenait végétal,
Comme un fruit éclaté trop mûri par l'attente.

Mes bras comme des branches tendues vers la lumière
Mon corps autour du tien, enlacé comme un lierre,
Ton odeur épicée me grisait comme un vin.

Tant d'années d'ignorance et me voilà sauvé,
Nature végétale tu m'avais tant manqué,
J'étais comme un aveugle et me voilà devin.

 
S.
*
 
Végétalité
 

Allongé à la terre, mes doigts fouaillant le sol
Blessés pour mieux laisser le sang fuir
Mes bras vrillés blanc comme un vieux cuir
Racines crochetées poussées sur mes épaules

Les talons s'enfouissent sous la poussée rythmique
Des jambes convulsives arqueboutant mon dos
Qui s'enfouit à sa place entre limon et eau
Et devient souche vive et fondation lithique.

Sève nouvelle, lait mystique chassant mon sang,
Mon ventre vers le soleil est comme un nouveau-né
J'ai su exbouturer ma première ramée.

Entre les tiges mères et les arbres pesants
J'exprime enfin les feuilles et le souffle vital
De mon corps tout entier devenu végétal.

 
S.
*
 
Eté
 

Temps d'été mes yeux fous sur les enceintes closes
Et le jardin ouvert dans mon crâne vibrant
Et le systre tannique entre les murs absents
Et le fruit, et l'arôme, et la fleur qu'on expose.

Saturé l'azur chaud ! Zébré d'abeilles enfuies.
Les feuilles enroulées papillonnent et s'enlacent
Sur l'écorce et la fleur l'engelure s'efface
Les arbres déployés sont parés d'infini.

Les vibrions flottent sur le vent, accrochés
Aux filaments d'espace. Les feuilles étalées
Sont autant de fleurs bleues maculées de désir

Mon coeur s'épanouit comme la canopée
Plus loin encore sous le soleil d'été
J'aspire la fleur verte du plaisir.

 
S.
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés