De l'autre côté du feu Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
 
Loin de moi je me suis vu, avec les yeux de mes propres yeux. Loin de moi j'écoutais mes ombres, j'ai vu ton cri.
Débattu tu refusais. Battu tu prenais l'eau, bouche ouverte, suffocant, ton cri étranglé qui te rentrait dans l'estomac, tu secouais ton crâne de plomb avec des lenteurs oniriques, ton cou vibrait sur ses muscles, inamovible, statufié, les yeux ouverts comme pour s'arracher, le cou crispé, le cou gonflé près d'éclater, la bouche ouverte clouée sur sa béance. Rebelle stupide, le cri du non, le cri du non près de la mort.
Et puis d'un coup. En une vague lente, silencieuse, submergeant toutes les vagues. Une vague éternelle et puissante, pleine de lumière, ça t'a frappé. Sous l'impact ployant vers l'arrière en un reflux ralenti de tout le tronc, mais les jambes immobiles, mais les pieds soudés au sol, toujours sur la figure cette béance mais sans le cri. D'un coup, comme le cri s'en est allé.
Alors, plage lavée de l'aube, rayonnant à ton tour de tous les feux de la lune, ça t'est entré par tous les pores, par tous les ports : la bouche de marbre dans son trou de chair, les yeux cloués, tu as fini de suffoquer. Tu as tout pris de la mer et son Poème, tout bu comme une purge. Le courant t'a traversé, vert-blanc de sa lactescence, le courant t'a couché dans son silence, courbé jusqu'à toucher le sol, puis t'a ramené de sa main tranquille dans ta position d'homme. Tu as eu la sagesse de te taire, de rester immobile, de ne rien briser. Tu as laissé couler la lumière, tu as tout bu, tu as tout supporté. Jusqu'à ton dernier soupir.
 
FXS
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés