Lettres au Père Noël
 
 

Cher Père Noël,

Mon très cher petit Papa Noël adoré. Je t'adore. Toute l'année j'ai pensé à toi, toute l'année j'ai prié pour que tu aie la force de continuer ta noble tâche. Cher Père Noël. Très cher petit papa noël. Quel que soit le cadeau que tu voudras me faire, je le chérirais parce que même si j'ai été vraiment très sage, je n'en mérite pas, je le sais. Je me repens et implore ton pardon.

Merci, merci, merci, cher Père Noël !

Eudes

 
 

Cher Père Noël,

Comment vas-tu ? Moi, je vais bien. Pour Noël, je voudrais une Fiat. Je sais bien que ce n'est pas prudent, mais il y a en moi une pulsion incoercible qui me pousse à cet acte déraisonnable. Je veux sentir dans mes cheveux le vent de la course passant par les mauvais joints de la portière, je veux sentir l'odeur du cambouis sur mes mains. Je veux vivre environné de dangers, de forces obscures, de mécanismes facétieux et d'accessoires maléfiques. Je veux devenir ce mélange d'Indiana Jones, de Jean Alési et de mécanicien amateur qu'est tout bon conducteur de Fiat.

S'il te plaît, petit Père Noël, exauce ma prière. En plus, ça ne te coûte pas cher.

Arnaud

 
 

Cher Père Noël,

Tu n'existes pas.

En tout cas j'espère que j'aurais un cadeau.

Pascal

 
 

Cher Père Noël,

Pour Noël, est-ce que tu m'apporter un teckel solidement attaché ?

Merci d'avance.

John le Varan

 
 

Cher Père Noël,

Je pense très fort à toi depuis ton passage de l'année dernière. Le petit cadeau que tu m'as fait a maintenant trois mois. Rassure-toi, malgré ce que tu as laissé faire à Rudolf, le petit n'a ni pelage ni bois.
Cette année, j'espère que tu vas m'offrir une pension alimentaire, ou alors je te colle mes avocats au cul.

A bon entendeur,

Josette

 
 

Cher Père Noël,

Je n'ai pas été très sage cette année. En effet, j'ai tué huit personnes.Et pourtant, je voudrais bien avoir un petit cadeau tout de même. Je souhaite avoir un scalpel neuf et un croc de boucher. Merci. J'en ai besoin pour jouer.

Si tu ne me les apporte pas, je sais où tu habites (au pôle Nord) et je viendrais te saigner lentement. Le sang ne se verra pas sur ta houppelande, et je saurais le faire sortir petit à petit de multiples blessures. Malheureusement pour toi, ce sera avec mon vieux scalpel rouillé. Mais tu n'auras pas le temps d'attraper le tétanos car tu auras été éviscéré avant. Par contre, tu auras tout le temps de voir crever tes chers rennes, et je t'attacherais pour que tu puisses me voir en train de les tuer un à un ; je finirais les derniers avec un club de golf pendant que les premiers agoniseront à cause de la mort-aux-rats, et ensuite seulement je m'occuperais de toi.

Passe une bonne nuit de Noël, et surtout, surtout, n'oublie pas mes petits souliers.

Maurice

 
 

Père Noël,

Espèce de fiente rouge, bâtard bordé d'hermine, fils de renne, étron de yack, ça fait deux ans que tu m'entubes. J'ai pas eu ce que je voulais, j'en ai rien à carrer de ta panoplie d'infirmière à deux francs et de ton vélo de pédale. J'espère que cette fois tu vas me l'emmener ma poupée qui jure comme un charretier, ou je te pète toutes les dents.

Marie

 
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés