Des Catégories
 
Mon dictionnaire précise : "Aristote nomme catégories (de l'être) les différentes classes de prédicats applicables à tout objet (...). Pour Kant, les catégories ne se rapportent plus à l'objet à connaître, mais à l'entendement comme faculté de connaissance." Je traduis pour moi-même : les catégories philosophiques correspondent à-peu-près aux catégories telles qu'on les utilise dans le langage courant (ça rassure). J'aurais tendance à suivre Kant en considérant que les catégories correspondent plus à l'idée que l'on se fait des objets plutôt qu'aux objets eux-mêmes. Mais laissons-les s'engueuler là-haut et continuons notre propos.

Dans les catégories, en tant qu'elles se rapportent à l'entendement (j'ai presque l'impression de faire de la philo !) correspondent au schéma mental qui nous permet de classer, de ranger, et donc de comprendre les "objets" qui nous entourent. Grâce aux catégories, les connaissances prennent leur place et deviennent compréhensibles. C'est ce mode de rangement qui a dominé notre pensée pendant des millénaires. A force de domination, ce système de pensée s'est trouvé influencé et modifié par ces catégories qui étaient censée le décrire (comme en physique quantique, l'observation influe sur son objet).

Si je ne m'abuse, les catégories sont directement liées à la civilisation de l'écrit. L'écriture est (était jusqu'à présent) linéaire. La pensée écrite (si je peux me permettre cette expression) utilise depuis toujours le découpage en chapitres, sous-chapitres, etc. On retrouve aussi ici nos bonnes vieilles thèses, antithèses, synthèses. Bref, on reconnaît ce qu'en informatique, on appelle un arbre : un livre se découpe en parties, chapitres, etc. comme les branches d'un arbre ; de même KaFkaïens en numéros, les numéros en rubriques, les rubriques en textes, etc.

Ce que Pierre Lévy explique très clairement dans Les Technologies de l'intelligence, c'est que l'ère de l'arbre cède la place à l'ère du graphe, grâce aux techniques informatiques. Un graphe se différencie d'un arbre par la présence de boucles. Les relations (liens) d'un graphe forment un maillage dont un exemple type est le réseau internet.
Quel est l'intérêt du graphe sur l'arbre ? Dans un graphe, tous les points peuvent être reliés directement. Alors que dans un arbre, le chemin d'un point à un autre passe nécessairement par un "père" commun.
Dans un graphe, le nombre de relations est démultiplié. Par exemple, le métasommaire de KaFkaïens casse la structure d'arbre des numéros, pour créer une structure de graphe sur l'ensemble du site. C'est ainsi que les jumeaux et le déicide peuvent se trouver juxtaposés alors qu'ils n'appartiennent pas au même numéro. L'informatique permet ça, et c'est là la grande révolution décrite par Pierre Lévy.

Il est difficile de s'affranchir totalement d'un système de pensées qui a fait ses preuves pendant des millénaires. Peut-être seule la prochaine génération utilisera-t-elle complètement cette avancée. En attendant, de nombreux systèmes informatiques ne profitent même pas des possibilités offertes par la technique ! C'est vrai que c'est complexe à gérer, un graphe. Là où un seul chemin permet d'atteindre un information (arbre), il y a maintenant d'innombrables façons d'aller de A à B. Là où tous les chemins ont un sens (arbre), des combinaisons de liens unitaires peuvent (apparemment) aboutir à des absurdités. C'est complexe, donc, mais incomparablement plus riche.

Tous les croisements sont possibles, parce qu'il suffit qu'il existe un chemin entre deux points pour que ce chemin devienne à son tour un lien. Tout est relié à tout (et réciproquement dirait Allais)). "Poursuivre avec cette idée de Bruno, que la structure de la pensée humaine correspond à celle de la nature. Et conclure, par conséquent, que toute chose est, en un sens, reliée à toutes les autres" (Paul Auster, L'Invention de la solitude).

Dans un monde de graphes, notre héros des Métisses aurait pu continuer à vivre normalement, alors que, dans un arbre, il a cherché des liens qui n'existaient pas...

 
LN
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés